En ce moment
 
 

Une montagne de sacs poubelles dans la Cité Parc à Marcinelle: "Les gens font n'importe quoi depuis qu'il n'y a plus de concierge"

Une montagne de déchets s'est formée dans la Cité Parc de Marcinelle. Des dizaines de sacs poubelles et de déchets divers sont entassés devant les conteneurs. Le gestionnaire des logements sociaux a commencé à les évacuer.

Pour les habitants de la Cité Parc à Marcinelle, la situation est devenue invivable. "Depuis qu'il n'y a plus de concierge, il n'y a plus de surveillance donc les gens font n'importe quoi. Malheureusement, c'est comme ça", témoigne une femme. "Il n'y a pas de suivi, pas de garde, rien de tout, tout le monde fait un peu n'importe quoi et voilà ce qui se passe", déplore un homme.

Un travail de recherche fastidieux pour les agents de police

Un à un, les sacs sont ouverts par les agents pour tenter de trouver des responsables.

"On prend nos cutters, on ouvre, on fouille si on trouve des indices. C'est pas toujours gai. C'est pas toujours le meilleur du travail mais on n'a pas le choix", raconte David, agent de police judiciaire en environnement de la Ville de Charleroi.

Si les responsables sont identifiés, ils recevront un PV. L'amende peut aller de 50 à 100.000 euros.

"Juste pour la Sambrienne l'année passée, on a mis plus de 160 PV. Depuis le 1er janvier plus ou moins une trentaine de PV. Plus ceux qui vont arriver ici", indique David.

Un travail très délicat pour les agents qui doivent prendre certaines précautions. "Il faut être attentif à tout : morceaux de verre, seringues... il y a quand même beaucoup de problèmes de drogue dans certaines cités donc il faut vraiment faire attention à tout et se protéger au niveau des gants", explique David.

"Une petite minorité génère un problème pour l'ensemble des habitants"

Si ces conteneurs à puces ont été installés pour faciliter l'évacuation des déchets, il semblerait que certains habitants s'obstinent à ne pas les utiliser.

"Cette petite minorité qui n'est pas venue aux séances d'informations fort probablement, n'utilise pas son badge, ou n'a pas pris la peine de prendre son badge, en fait, génère vraiment un problème pour pour l'ensemble des habitants ici dans la cité", dénonce Philippe de Cartier, responsable support et logistique des collectes chez Tibi. 

"On déplore aussi du vandalisme sur ces conteneurs", indique Gregory Souvereyns, directeur opérationnel chez Tibi.

Une problématique qui prend de plus en plus d'ampleur

La Sambrienne doit constamment envoyer des équipes aux abords de ces logements pour récupérer les détritus. "Sur une année nos équipes tournent dans tous nos quartiers, récoltent à peu près mille tonnes de déchets. En parallèle de ça, nous organisons des opérations cité pop et là nous récoltons à peu près 120 tonnes", explique Olivier Copmans, directeur technique à la Sambrienne. 

De son côté, en 2019, l'intercommunale de gestion des déchets a dû traiter environ cent tonnes de déchets sauvages rien que dans le centre de Charleroi.

Vos commentaires