En ce moment
 
 

Des poneys dans une grange sans lumière, des cages pleines d'excréments: des animaux saisis à Aiseau-Presles

 
 

Une vingtaine d'animaux – des chiens, des chats et même des poneys – a été saisie jeudi soir à Aiseau-Presles, dans le Hainaut. Les animaux ont été pris en charge par la société protectrice de Charleroi. Des saisies qui sont de plus en plus courantes, et qui arrivent quasi tous les jours.

Trois poneys vivaient dans une grange dépourvue de lumière. Des animaux qui pataugeaient dans les excréments… Des cages, des litières qui n'ont plus été entretenues depuis des mois. Chiens, chats, lapins, cochons… Une vingtaine de bêtes ont été prises en charge. Trop longtemps négligés, les équidés ont dû recevoir des soins en urgence. "Ici, on est en train de désinfecter les pieds du poney parce qu’il avait des pieds dans un état tellement catastrophique que lorsqu’on a lui a paré ses pieds – il avait vraiment des babouches –, on a malheureusement un petit peu blessé la sole du pied donc je suis en train de désinfecter", explique Anais Errante, vétérinaire.

Il existe pourtant des dispositifs pour accompagner et soutenir les propriétaires qui se sentent dépassés. "Je pense que les gens n’ont pas conscience, ils ne sont peut-être pas bien au courant de ce dispositif qui existe. Et puis, ils se laissent énormément vite dépassés. Et vu ce style d'espèces, comme les lapins ou ce genre de choses, ça se reproduit à une vitesse incroyable et exponentielle, comme les chats", détaille Michel Moreau, vétérinaire responsable.

Le refuge est complètement plein

Les saisies sont de plus en plus fréquentes, parfois quotidiennes. Pour accueillir les animaux maltraités, négligés ou abandonnés, chaque local disponible est exploité. "Ici, c’est notre cafétéria en temps normal. Mais comme nous avons énormément de lapins pour le moment, nous avons transformé la pièce en hébergement pour nos lapins", indique Michèle Vandersmissen, présidente de la SPA de Charleroi.

La situation est telle que la SPA a dû refuser de prendre en charge une vingtaine de lapins ce vendredi, suite à une autre saisie pour cause de négligence. "C’est catastrophique, aussi bien au niveau des chiens, des chats, des rongeurs, des animaux de bergerie… Le refuge est complètement plein. On n’est que le 2 juillet et ça va seulement commencer les abandons des vacances", poursuit la présidente du refuge.  

La Société Protectrice des Animaux (SPA) ne pratique pas l'euthanasie. Si des places ne se libèrent pas grâce à des adoptions, les refus de prise en charge risquent de se multiplier cet été. 


 

Vos commentaires