En ce moment
 
 

"Dépourvue", la bourgmestre de Verviers fait "tout ce qu'elle peut" pour trouver des logements, mais "c'est une goutte d'eau"

 
 

Petit-à-petit, les habitants des zones sinistrées, principalement en région liégeoise, essaient de remonter la pente. Le grand défi actuellement pour les autorités, c'est de reloger ceux qui ont perdu leur maison ou qui habitent dans une maison insalubre.

Muriel Targnion, bourgmestre de Verviers, a répondu à nos questions à ce sujet dans le RTL info 13h, ce jeudi. "Il y a 5.112 maisons qui ont été inondées au moins sur tout le rez-de-chaussée. Ça représente entre 10.000 et 15.000 personnes qui sont dans des logements insalubres. Il y a une centaine de maisons où j'ai déjà évacué les personnes parce qu'elles menacent de s'effondrer ou se sont effondrées. Mais il y a donc plus de 5.000 logements complètement insalubres: il n'y a plus de salle de bain, plus de cuisine, plus de séjour. C'est tout mouillé, tout a explosé (le carrelage et les murs). Les rats arrivent, les hydrocarbures se sont répandus, ça rentre dans les terres et ça pollue. Il y a des problèmes respiratoires, des diarrhées. Des maladies qui vont encore affaiblir la population davantage. Le gaz ne sera pas là avant l'hiver. Il y a des mois de chantier pour tout réparer. Les gens vivent à l'étage, ils bénéficient de colis alimentaires, mais on ne peut pas vivre comme ça pendant des mois".

Les solutions ? "Je rencontre des personnes qui ont l'habitude de gérer ce genre de catastrophes pour trouver des solutions, j'espère qu'elles vont pouvoir m'aider. Je contacte toutes les personnes qui peuvent m'aider". Entretemps, Muriel Targnion réquisitionne des logements. "Tout ce que je peux: des kots d'étudiants, des anciennes maisons de repos, des maisons de l'armée, des maisons vides… mais c'est une goutte d'eau par rapport à ce dont on a besoin. Je suis une bourgmestre qui fait tout ce qu'elle peut, mais qui est dépourvue par rapport à cette situation".  




 

Vos commentaires