En ce moment
 

"Les étudiants n'ont rien à voir avec les grèves": une entreprise liégeoise décide de les conduire à leur université lors de la prochaine manif

Des bus navettes vont être mis à disposition des étudiants qui doivent se rendre à l'ULg malgré l'action du 24 mai prochain.

Laurent Di Carlo, CEO de ProduWeb, une agence de communication digitale, n'apprécie pas que les étudiants soient pris en otages en raison des actions menées par les syndicats. Une manifestation nationale doit avoir lieu mardi prochain à Bruxelles et les bus ne rouleront sans doute pas étant donné que de nombreux chauffeurs iront manifester.

Les étudiants ont bien tenté d'obtenir un "service garanti" les jours de grève afin de ne pas être lésés en pleine période d'examens, mais sans succès. Le refus des syndicats a été catégorique. C'est en voyant cette réponse négative que Laurent Di Carlo s'est demandé s'il n'y avait pas moyen de venir en aide à ces étudiants en mettant en place un service de navettes le 24 mai prochain. "Pourquoi pas nous?", s'est-il demandé avant de vérifier que ce projet était "dans le budget et dans nos cordes", ajoute-t-il.

Il a donc contacté un autocariste qui mettra des bus et des chauffeurs indépendants à disposition des étudiants mardi. "On part de la place du 20 aout, qui est assez accessible pour les étudiants, et ils seront emmenés jusqu'aux amphithéâtres du Sart Tilman. On dispose de 1.700 places aller et retour, sachant que tous ne font pas les deux trajets. Il y a donc moyen de s'inscrire pour un seul trajet", précise-t-il.

Des navettes partiront toutes les demi-heures entre 6h30 et 8h et il en sera de même à la mi-journée et en fin de journée pour les retours. Il suffit pour les étudiants à l'ULg qui veulent bénéficier de ce service de s'inscrire sur le site web qui y est dédié.


"On a besoin de jeunes diplômés!"

L'intérêt, pour une chef d'entreprise comme Laurent Di Carlo, c'est de maintenir la motivation chez les jeunes. Il est parti d'un constat : "Nous sommes en pleine phase de recrutement et on se rend compte que c'est difficile de trouver des gens qui ont les compétences et de l'expérience. On a besoin de jeunes diplômés et je trouve que cette action revient à saboter la volonté de ces étudiants de vouloir passer leurs examens", argumente-t-il.

L'initiateur des navettes ProduWeb n'est pas opposé à la grève, mais dénonce le moment mal choisi pour cette manifestation: "Je respecte le droit de grève, sincèrement, mais les étudiants n'ont rien à voir là-dedans", explique-t-il. Laurent Di Carlo estime que "les punir de cette manière, c'est inapproprié. Ils n'ont pas de pouvoir là-dessus. Ce n'est pas le combat de l'étudiant".

Le CEO de cette agence de communication digitale ne nie pas que cette opération est un "beau coup de marketing", mais c'est avant tout pour "aider les étudiants" qu'il a décidé de mettre cela sur pied.

Concernant la grève prévue le 24 juin, il est toujours dans l'incertitude, car craint les blocages s'il met sur pied la même opération. Mais il attend de voir comment cela va se passer mardi et lance un appel: "J'aimerais être suivi par des entrepreneurs qui veulent financer le système aussi, je peux mettre le site à disposition si nécessaire", ajoute-t-il.

Vos commentaires