En ce moment
 

À l’aérodrome de Spa, notre journaliste a testé pour vous le saut en parachute: "C’est une sensation de liberté incroyable" (vidéo)

Présentation d'un sport extrême, le saut en parachute. Un sport de sensations fortes qui fait monter l'adrénaline !

Cela fait près d’un demi-siècle que l’aérodrome de Spa organise des sauts en parachute. Aujourd’hui, une vingtaine d’avions va décoller. 90 personnes vont sauter. La météo est idéale. Au sol, une trentaine de personnes travaillent. Très rapidement les choses sérieuses commencent avec les mesures de sécurité.

"Je suis directement dans l’ambiance", confie notre journaliste Samuel Ledoux. Si pour la majorité, c’est une première expérience. C’est loin d’être le cas pour Papy Jean-Pierre, du haut de ses 76 ans. "J’ai commencé à sauter en 60, à 18 ans. Je n’ai jamais arrêté", raconte-t-il.

Le briefing commence. Habituellement, on saute avec une combinaison mais, aujourd'hui, il fait tellement beau qu’on peut sauter en t-shirt. 
Comptez en 190 et 390 euros en fonction des options choisies pour le saut. Les minutes défilent et l’angoisse commence à gagner Samuel Ledoux, qui redoute le moment de la sortie d’avion.

Equipé d’un harnais de sécurité, notre journaliste monte dans l’avion pour vivre 20 minutes de sensations fortes. L’ascension prend 11 minutes. À 4 km d’altitude, les portes s’ouvrent. Il se met au bord de l’avion. "Il ne faut pas réfléchir. Je me jette dans le vide", raconte-t-il.

"Le bruit du vent dans les oreilles, l’adrénaline est tellement forte que les sensations sont décuplées", confie-t-il. Le parachute s’ouvre à 1.500 mètres du sol. "Incroyable ! Génial !", s’enthousiasme-t-il. Durant cinq minutes, il admire la région vue du ciel.

Le sol se rapproche. L’atterrissage se fait en douceur.

"Quelle sensation de vitesse ! (…) Quand le parachute s’ouvre, on découvre toute la région, ses paysages, le circuit, les différents lacs. On peut piloter le parachute, aller à droite à gauche. C’est une sensation de liberté incroyable", confie Samuel Ledoux.

Depuis le début de l’année, 4.000 personnes sont venues tenter l’expérience.

Vos commentaires