En ce moment
 
 

ArcelorMittal pose un ultimatum à la Région wallonne

 
 

La direction d'ArcelorMittal, a affirmé que le groupe sidérurgique n'achèterait jamais la fonte sortie d'un haut fourneau réquisitionné par les autorités publiques et qu'il donnerait une consigne identique à tous ses sous-traitants, rapporte mardi La Libre Belgique.

Lors de la réunion lundi entre les principaux ministres du gouvernement wallon et la direction d'ArcelorMittal, le groupe sidérurgique a fait plusieurs déclarations. Il a notamment fait savoir qu'il n'achèterait jamais la fonte sortie d'un haut fourneau réquisitionné par les autorités publiques et qu'il donnerait une consigne identique à tous ses sous-traitants, rapporte mardi La Libre Belgique.
 
 

Arrêter les hauts fourneaux liégeois sans les vendre

Les représentants d'ArcelorMittal ont également insisté, comme le soulignent mardi plusieurs journaux, sur le fait que le groupe n'a pas l'intention de vendre ses hauts fourneaux liégeois mais qu'il veut les arrêter. Le rachat par les caisses publiques régionales et la relance d'un haut fourneau à Liège ne serait donc qu'un pur fantasme.

Un prix d'achat impayable?

Selon le CEO du secteur plat carbone pour l'Europe, Robrecht Himpe, même si le groupe était vendeur de la phase à chaud, le prix d'achat serait impayable: 1 milliard d'euros, soit la valeur des installations à laquelle il convient d'ajouter le passif social de l'entreprise et le coût environnemental d'une dépollution. Quant à la phase à froid, elle n'est pas plus à vendre.

Le groupe pose une ultimatum à la Région wallonne

Enfin, ArcelorMittal a adressé lundi un ultimatum à la Région wallonne: la procédure liée aux négociations sociales sur la fermeture de la ligne à chaud doit aboutir vendredi. Sinon, le plan d'investissements de 138 millions d'euros destinés à moderniser la phase à froid sera à nouveau mis en balance.


 

Vos commentaires