En ce moment
 

Au cœur de l'atelier de Bernard, chocolatier en plein rush de Pâques: pour l’aider, une fontaine de chocolat coule en permanence

Pas de week-end pascal sans parler des œufs en chocolat ! Comment sont-ils confectionnés ? Peut-on aussi en faire chez soi ? Pour le savoir, une de nos équipe s’est rendue en région liégeoise chez un artisan qui vit en ce moment lui aussi la période la plus intense de l’année.

Dans son atelier, Bernard termine la plus importante semaine de l’année. Une tonne de chocolat sera vendue durant ce week-end de Pâques. "On a un public fort hétéroclite, des personnes plus âgées, plus classiques, familiaux, où il faut quelque chose de plus sympa, ou un public qui recherche des choses un peu plus élaborée, design… On essaye d’avoir un peu toutes les formes pour tout le monde."

La moitié des commandes pour les cloches, c'est les œufs! Aujourd’hui ils seront fourrés à la ganache blanche, vanille de Madagascar. "D’abord, on va faire chauffer la crème de lait", explique Bernard Schonmacker. "Quand elle sera montée à ébullition, on va la laisser bouillir quelques minutes et ensuite on va le verser sur le chocolat blanc".

Le moment le plus délicat passé, place au moulage. Bernard travaille uniquement avec du chocolat belge pour ses recettes. Pour l’aider, il utilise une fontaine de chocolat qui coule en permanence.


"On peut le faire chez soi sans problème" 

"On travaille avec des machines spécialisées pour tempérer directement le chocolat et mouler les œufs", explique le chocolatier. "Mais on peut le faire chez soi sans problème avec des moules."

Pendant ce temps, dans le magasin, son épouse Claire sert les clients qui font la queue jusqu’à l’extérieur.

"Les goûts qu’on vend le plus pour le moment, ça reste les vanille, banane, ça, ce sont vraiment les best-seller, cette année, le caramel au beurre salé de Guérande a aussi son petit succès", dit Claire. "Dans les blancs, le coco et le praliné croquant, on en a déjà plus !"

 
Direction le magasin... Puis les jardins!

Après une vingtaine de minutes au frais, il est temps de sortir nos petits œufs. Et enfin de les placer dans l’emballage. "Après ça, ca part au magasin", dit le chocolatier.  "…Puis dans les jardins !"

Durant la période de Pâques, Bernard réalise en moyenne 10% de sa production annuelle.

Vos commentaires