En ce moment
 
 

Le fromage de Herve au lait cru menacé par une directive européenne? Notre ministre de l'Agriculture se veut rassurant et livre des explications

La fabrication du fromage de Herve au lait cru est menacée. Jusqu'il y a peu, l'Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire (Afsca) tolérait une petit présence de la bactérie Listeria dans ce fromage typique de notre pays. Mais depuis le mois d'avril, l'Europe l'interdit. José Munix, un des derniers producteurs a vu 2000 de ses fromages saisis. Suite à la médiatisation de cette affaire, Willy Borsus, le ministre de l'Agriculture a réagi en indiquant que ni la production artisanale et la qualité de ses produits, ni la production à base de lait cru n'étaient remises en cause.

Le commerce de José Munix, un des derniers producteurs de fromage de Herve, est menacé. L'Afsca (Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire) a saisi plus de 2000 fromages à cause de la listeria. "Si réellement, il y avait un problème et que des gens étaient malades, alors je suis d'accord qu'il faut faire quelque chose. Mais jamais personne ne s'est plaint de quoi que ce soit. En plus, ils viennent me faire une saisie provisoire", a expliqué l'homme au micro d'Antoine Perret pour Bel RTL.

Le producteur ne peut plus vendre ses fromages en attendant la décision définitive de l'Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire. Si cela s'avère négatif, ce sera la fin de son entreprise. "Je ne recommence plus, ce n'est pas faisable. Travailler, voir jeter et faire faire des frais d'analyses, c'est la faillite", a ajouté José Munix.


"On a fait 8 contrôles"

A Dison, Jean-Claude Noël a vécu la même mésaventure, il y a 2 semaines. Il a tout simplement décidé d'arrêter sa production de fromages. "On a fait 8 contrôles, cela m'a coûté 608 euros et pour redémarrer il m'en fallait autant", a confié l'homme convaincu que l'AFSCA est trop sévère avec les petits producteurs. "Il faudrait que l'AFSCA belge aille traîner ses fesses dans les Pyrénées ou dans la Haute-Savoie, il n'y en a aucun qui revient. Ils ne seraient pas mort de listeria mais d'infarctus", a ajouté Jean-Claude Noël sur les ondes de Bel RTL.

En cause, l'entrée en vigueur depuis le mois d'avril d'une directive européenne interdisant la présence de la bactérie listeria, même en toute petite quantité, dans les fromages.


Ni la production artisanale et la qualité de ses produits, ni la production à base de lait cru ne sont remises en cause

Réagissant à la médiatisation de cette affaire, aux inquiétudes des petits producteurs et à l'indignation de nombreux citoyens, le cabinet du ministre de l'Agriculture a réagi cet après-midi, se voulant rassurant.

La bactérie Listeria monocytogenes représente un danger réel pour la santé publique. L'EFSA (l'Autorité européenne de sécurité alimentaire) fait état dans son dernier rapport de 2015 d'une évolution significative des infections causées par Listeria durant la période 2009 à 2013. 1763 cas de listériose ont été recensés sur l'ensemble des Etats membres en 2013, et 191 personnes en sont malheureusement décédées. La France, pays du fromage, présentant le plus haut taux de mortalité.

Les sources d'infections alimentaires sont diverses et les fromages à base de lait cru en représentent une des plus importantes. La listéria ne représente nullement un élément nécessaire à la fabrication de ce type de fromage. La bactérie est pathogène et dangereuse pour la santé publique.

Les normes en matière de Listeria dans le fromage à base de lait cru sont définies à l'échelle européenne (Règlement 2073/2005) : dans ce type de denrée alimentaire et au stade de la fabrication (à la sortie des ateliers de production), l'absence de Listéria doit être totale (absence complète dans un échantillon de 25gr) lorsque ces produits sont destinés à être commercialisés par d'autres opérateurs.

C'est au producteur à garantir le respect de ce critère. L'Agence alimentaire veille à ce que cela soit réalisé de manière à permettre l'achat de denrées alimentaires sûres par le consommateur.

Les analyses et contre analyses effectuées chez le producteur incriminé ont démontré la présence de Listeria, les produits concernés sont donc non conformes à la législation européenne. Dès lors, l'Agence alimentaire a pris la décision de placer sous saisie conservatoire les fromages issus de la production de l'intéressé.

Une concertation a eu lieu avec le fabricant afin de définir la suite à donner à ses produits. Il est de sa responsabilité de producteur d'apporter la garantie que les lots issus de sa production ne représentent pas de risques pour le consommateur. Un accompagnement peut d'ailleurs être apporté à cet exploitant via divers organismes régionaux expérimentés sur simple sollicitation.

L'Agence reconnait les réalités de terrain où des méthodes de production différentes existent. Il est cependant certain que, quel que soit le type de production, en ce compris la fabrication artisanale, le produit final doit toujours être une denrée sûre et conforme à la législation européenne.

Willy Borsus, Ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des PME et de l'Agriculture: "Ni moi, ni l'agence ne remettons en cause la production artisanale et la qualité de ses produits, ni la production à base de lait cru. Les contrôles démontrent que les problèmes de ce type sont peu nombreux. Non seulement l'artisanat belge, mais les producteurs en général, travaillent au quotidien de manière sûre, au plus grand bénéfice des consommateurs. Productions artisanales de qualité et normes sanitaires européennes ne sont pas incompatibles. Dans la mesure de ce qu'autorise la législation européenne, je reste évidemment attentif aux intérêts liés au maintien des productions issues des circuits courts et de l'artisanat."

Vos commentaires