En ce moment
 
 

Contraints d'aller aux toilettes dans le noir, des policiers liégeois dénoncent "des conditions dignes du 19ème siècle"

 
 

Des policiers fédéraux contraints d'aller aux toilettes comme dans les bois, dans le noir, équipés de leur lampe de torche. C'est la situation qui dure depuis des mois à Liège. Les refoulements, les odeurs insupportables, les tuyaux bouchés et un seul WC en service sont le quotidien des policiers du site de Saint Léonard. "Le nombre de WC est fortement réduit et doit être partagé avec les personnes qui viennent en interrogatoire ou même en arrestation" explique Vincent Gilles, président du SLFP Police.

"Des huttes faites de briques et de taules"

Et les policiers Liégeois ne sont pas les seuls à vivre cette situation. Non loin, à Vottem, certains bâtiments ont été fermés par l'inspection du travail. À proximité également, les locaux de la police de la route de Liège font peine à voir. "Les différents postes sont dans un état de délabrement quasiment total, regrette Vincent Gilles. C'est presque des huttes faites de briques et de taules. Et les collègues hommes et femmes doivent vivre dans des conditions qui sont vraiment presque dignes du 19ème siècle, j'ose le mot".

En cause selon le syndicat : "on a laissé les choses aller" et depuis 2010, les politiques ont trop coupé dans le budget. Vincent Gilles admet que les petits problèmes ont été réparés à temps mais aujourd'hui la situation est critique. Du côté de la police fédérale, on leur répond "patience".

Le porte-parole de la police fédérale Régis Kalut a déclaré au micro de Bel RTL : "On se rend bien compte que pour les collègues, c'est absolument inconfortable d'avoir une situation telle dans un bâtiment public, dans leurs locaux de travail. On aimerait bien évidemment y répondre instantanément. Mais hélas on est coincé pour 2 raisons : on manque cruellement de personnel, et bien qu'on vient de recruter 66 personnes pour nos services techniques sur le pays (7 personnes prévues pour l'arrondissement de Liège), on a également un problème de budget. Les réparations, ça coûte et du budget on en manque sérieusement".




 

Vos commentaires