En ce moment
 
 

Dorian, 19 ans, séquestré et torturé pendant des heures par plusieurs jeunes à Fosses-la-Ville

Après l'horreur de l'affaire Valentin, cette affaire résonne évidemment de façon particulière. Dans la nuit de lundi à mardi, à Fosses-la-Ville, un jeune de 19 ans a été tabassé chez lui par 5 autres jeunes dont son ex-copine. Ils sont tous en aveux. Deux ont été placés sous mandat d’arrêt durant un mois. Ils sont inculpés notamment pour tentative de viol.

Dorian, âgé de 19 ans, habite Fosses-la-Ville, dans la province de Namur. Dans la nuit de lundi à mardi, il est pris à partie par plusieurs jeunes. Des garçons et une fille débarquent dans son appartement. La jeune fille n'est autre que l'ex-petite amie de Dorian. Elle est là pour demander des comptes. Rapidement, la situation dégénère. Dorian est frappé au visage puis au thorax, au bras... Les actes de torture durent plus de 4 heures. Pendant son calvaire, le jeune homme est également victime d'une tentative de viol. Alerté après le départ des agresseurs, un voisin de Dorian le conduit à la clinique.


"J'ai directement pensé à Valentin"

Deux jeunes hommes ont été placés sous mandat d’arrêt du chef de coups et blessures volontaires, séquestration, torture et tentative de viol. La jeune fille est, quant à elle, mineure. Son dossier est remis au juge de la jeunesse. 

L'ex-petite amie de Dorian justifie cette violence en évoquant une rupture qui se serait mal passée. "Elle aurait raconté que Dorian aurait abusé d’elle mais mon fils me l’assure: cela n’a jamais été le cas", raconte le père du jeune homme au journal l'Avenir.

"Les coups et la torture pendant des heures, toute cette violence… J’ai directement pensé à Valentin", rapporte-t-il. Le père de famille fait référence à Valentin Vermeesch, un Hutois âgé de 18 ans souffrant de handicap mental, qui avait été tué la nuit du 26 au 27 mars 2017 à Statte. Il avait subi une très longue scène de violences et de tortures avant d'être précipité dans la Meuse, où il s'était noyé.

Une enquête est en cours pour identifier l'ensemble des agresseurs ainsi que pour en savoir plus sur le contexte général de cette affaire. 

Vos commentaires