En ce moment
 
 

Drame social à ArcelorMittal: 240 emplois supprimés à la cokerie d'Ougrée

Le groupe américain Oxbow Mining stoppe les négociations avec ArcelorMittal concernant la reprise de la cokerie d'Ougrée. 240 emplois sont menacés.

La direction d'ArcelorMittal Liège a annoncé mardi qu'aucune solution n'avait pu être trouvée concernant l'avenir de la cokerie d'Ougrée (Seraing) dans le cadre des négociations en cours avec Oxbow Mining. L'outil sera fermé d'ici trois à quatre semaines, a précisé Bernard Dehut, CEO d'ArcelorMittal Liège. Le site sera ensuite démantelé et dépollué. Cette opération coûtera 59 millions d'euros.

La direction désolée pour les travailleurs

La direction a exprimé ses regrets aux 240 travailleurs ainsi qu'à leur famille touchés par la fermeture du site. M. Dehut a ajouté que les différents ministres wallons "ont donné le maximum dans ce dossier", faisant référence aux contacts entrepris par le cabinet Henry avec le parquet de Liège afin de trouver une solutions concertée concernant les normes environnementales. 

"Un véritable coup de massue"

"Un véritable coup de massue vient de s'abattre sur les travailleurs et leurs représentants. En effet, si l'annonce d'une conclusion avait été reportée à plusieurs reprises, les organisations syndicales espéraient toujours une issue favorable, tant le dossier semblait solide", ont déclaré dans un communiqué commun les syndicats SETCa, CSC Metea, CNE et Metallo MWB à la suite de l'annonce de l'arrêt des négociations d'ArcelorMittal avec Oxbow Mining pour la reprise de la cokerie d'Ougrée.

Retour à la case départ

Les syndicats ne ne comprennent pas comment "après un an de tractations, on en revienne à la case départ et cette annonce condamne une deuxième fois la cokerie." Selon les syndicats, quelque 240 personnes sont encore employées dans cette unité dont le processus d'arrêt "va débuter très rapidement et ne devrait pas durer plus de 4 semaines."     

Les organisations syndicales vont tout mettre en œuvre pour qu'ArcelorMittal respecte ses obligations à travers l'application du volet social négocié le 7 décembre 2013. Une première réunion est programmée ce jeudi 5 juin à 09h00.   

Vos commentaires