Explosion à Liège rue Grétry: la démolition du bâtiment endommagé a débuté (vidéo)

Les travaux de démolition du bâtiment de la rue Grétry, à Liège, endommagé samedi après-midi par une explosion accidentelle, ont débuté dimanche, a indiqué Marc Minet, directeur de la sécurité civile de la Ville de Liège. Les deux occupants qui avaient été légèrement blessés ont, eux, pu quitter l'hôpital Saint-Joseph quelques heures après leur admission.

Au lendemain de l'incendie qui s'est produit samedi, vers 16h45, au 2e étage d'un immeuble de logement de la rue Grétry, à la suite de l'explosion d'une bonbonne de gaz, la Ville de Liège met tout en place pour rétablir la situation et permettre aux habitants qui ont dû être délogés de regagner leurs habitations, selon M. Minet.L'incident a causé d'importants dégâts puisqu'il a entraîné la chute d'une partie de la façade du bâtiment, qui doit dès lors être démoli. Le Service de la Sécurité et de la Salubrité publique (SSSP), chargé de contrôler si les conditions de salubrité des immeubles et de sécurité des personnes sont rencontrées, de même que des experts d'une entreprise spécialisée en démolition, se sont rendus sur place samedi soir. Ils ont pu conclure de leurs observations que les habitations proches du sinistre n'avaient pas de problème de stabilité.

"Nous souhaitons aller au plus vite tout en préservant la sécurité de tout le monde. Les personnes qui ont été délogées ne regagneront leur domicile que si la situation le permet.En attendant, ils continueront à être logés dans un hôtel de la ville", a précisé le directeur de la sécurité civile."Pour l'instant, notre priorité est de faire en sorte que les habitants puissent rapidement réintégrer leurs maisons, que les commerces de cette artère puissent rouvrir en toute sécurité et que la mobilité des véhicules soit rétablie dans cet axe fortement desservi par les lignes de bus du TEC", a-t-il conclu.La rue Grétry restera fermée à la circulation durant plusieurs jours encore, entre le quai Orban et la rue Libotte, le temps de la démolition.

Vos commentaires