En ce moment
 
 

Fadia, la soeur d’Ahlam retrouvée morte à Liège, craint de voir son frère débarquer chez elle: "Il est fier maintenant"

 
 

Fadia a 41 ans et vit dans la peur de se faire tuer par l'un des membres de sa famille. C'est la soeur d'Ahlam, cette jeune syrienne tuée d'une balle dans la tête, à Liège. Son frère est soupçonné d'être l'auteur de ce qui ressemble à un crime d'honneur. La sœur de la victime redoute de connaître le même sort. Elle a été placée sous protection policière.

"On n’a rien demandé à personne. On vit notre vie tranquille, pourquoi ont-ils (ndlr: ses frères) fait ça", se demande-t-elle.

Fadia connaît assez bien le prix de la liberté. A 18 ans, elle a été mariée de force en Syrie. Avec son mari, elle est arrivée en Belgique avant d’avoir 4 enfants et de découvrir la vie à l’occidental.

En 2011, elle divorce de cette homme violent. Une honte pour la famille. Par pour sa sœur, mais pour ses frères qui disent avoir perdu leur honneur.

"A cause de moi Ahlam a adopté le mode de vie belge, dans lequel on vit librement. Ils n’ont pas accepté ça. Ma sœur n’était pas une fille bien pour eux. Ils sont fiers maintenant, plus personne ne parle de ma soeur ou de moi en mal", confie Fadia.

Elle a appelé sa maman en Syrie, mais son frère, leur meurtrier présumé était à côté d’elle. La conversation a donc été écourtée. "Il a dit à ma mère, si tu pleures, tu vas suivre ta fille. Elle est morte et on est content. Même ça, il l’a dit. Ma mère ne peut pas pleurer pour sa fille. J’ai peur, je ne dors plus la nuit."

Aujourd’hui, elle n’a aucune idée des contacts que ses frères pourraient encore avoir sur le territoire belge. Elle ne sort plus et attend une proposition de la police pour la mettre en sécurité. 

> CORONAVIRUS EN BELGIQUE : où en est l'épidémie ce mercredi 13 janvier ?




 

Vos commentaires