En ce moment
 
 

Hommage poignant à Liège, un an après la fusillade: "Cyril, Lucile et Soraya étaient trois personnes rayonnantes"

  • Hommage poignant à Liège, un an après la fusillade

  • Hommage%20poignant%20%C3%A0%20Li%C3%A8ge%2C%20un%20an%20apr%C3%A8s%20la%20fusillade%3A%20%22Cyril%2C%20Lucie%20et%20Soraya%20%C3%A9taient%20trois%20personnes%20rayonnantes%22

  • Comm%C3%A9morations%20%C3%A0%20Li%C3%A8ge%201%20an%20apr%C3%A8s%20la%20tuerie

 

Il y a tout juste un an, Liège était secouée par un attentat terroriste. Benjamin Herman tuait trois personnes. Deux policières et un étudiant. Un attentat revendiqué par le groupe terroriste état islamique. Une cérémonie s'est déroulée ce matin pour rendre hommage à ces victimes.

Deux policières tuées à coup de couteau, puis un jeune homme abattu par balles devant le café Aux Augustins Boulevard d'Avroy.

L'auteur s'était ensuite retranché au sein de l'Athénée Léonie de Waha avant d'être abattu par la police. Un an après, le dossier a considérablement avancé.

"L’enquête est terminée et aucun autre auteur ou complice n’a été identifié. On se souviendra pourtant qu’un homme, Fouad B., avait annoncé la venue de soldats islamiques en Belgique. Et bien que Benjamin Herman ait été en contact avec d’autres détenus radicalisés, il a agi seul", indique notre journaliste Antoine Schuurwegen. "Son parcours meurtrier a débuté la veille, le 28 mai, alors qu’il était en congé pénitentiaire. Il a tué une première fois à Marche. Sa victime était un ancien compagnon de cellule. Après s’être reposé, Benjamin Herman est arrivé à Liège le lendemain matin en train. Il est descendu à la gare Liège-Carré et sur quelques centaines de mètres, il a pris les deux policières en filature avant de les attaquer par l’arrière. Le médecin légiste a également rendu son rapport. Au moment des faits, Benjamin Herman n’avait consommé ni drogue, ni alcool. Mais comme l’auteur de l’attentat de Liège a été tué, il n’y aura jamais de procès."


"C’était trois personnes rayonnantes, chaleureuses"

A 10h ce mercredi, les familles des victimes et les autorités se sont réunies dans le hall de l'Athénée Léonie de Waha. Elles se sont ensuite rendues Boulevard d'Avroy où une minute de silence sera respectée et une plaque commémorative a été inaugurée.

Christian Beaupère, le chef de corps de la police de Liège, s'est notamment exprimé: "Je tiens à souligner le courage et la dignité dont font preuve les familles meurtries. Je remercie aussi les policiers pour leur détermination afin d'assumer la protection de nos citoyens, avec courage et professionnalisme."

"Il y a un an jour pour jour, un voile noire s’est brutalement abattu sur Liège. Le 29 mai 2018 restera à jamais gravé dans nos cœurs", a déclaré Willy Demeyer, le bourgmestre de Liège. "En souvenir, des trois victimes innocentes qui ont perdu la vie en pleine rue à Liège. C’était trois personnes rayonnantes, chaleureuses. Lucile et Soraya arpentaient les rues de la Cité Ardente avec leurs uniformes d’agents de police. Soraya a servi Liège durant 24 ans au travers de ses différentes fonctions. C’était un sourire de mère et d’épouse, dévouée. Lucile s’était elle intégrée en peu de temps dans la zone de police de Liège. Elle formait avec Soraya, une fabuleuse équipe."

"Cyril, quant à lui, était à l’aube de sa vie d’adulte. Il était promis à un bel avenir dans l’enseignement et la formation. Passionné de pétanque et très doué, il consacrait son temps libre à ce sport, entouré par sa famille et ses amis. Il laisse un vide dans la jeunesse liégeoise. La Ville de Liège et sa population assurent aux familles des victimes de toute leur solidarité."


"C'est une perte immense"

La maman et le frère de Soraya Belkacemi ont également rendu hommages aux victimes ce mercredi. "C'est très difficile. Je veux surtout penser à Soraya", a confié Bernadette Hennart au micro de notre journaliste Mathieu Langer. "C'est une perte immense, c'est un cauchemar que je vis", a déclaré de son côté Kamel Belkacemi.

Vos commentaires