En ce moment
 
 

Infirmière giflée aux urgences à Liège: "C'est choquant, on a été outrés de voir cette agression d'une violence inqualifiable"

 
 

Une infirmière a été giflée aux urgences de l'hôpital de la citadelle à Liège. La scène a été filmée, vous nous l'avez transmise via le bouton orange Alertez-nous de notre site. Elle illustre une situation de plus en plus tendue dans les hôpitaux.

Cette vidéo a été tournée il y a quelques jours aux urgences de la Citadelle à Liège, une gifle violente envers une infirmière. Un geste inadmissible pour l'équipe de l'hôpital. "C'est choquant, c'est inacceptable, on a été outrés de voir les images de cette agression d'une violence inqualifiable", dit Xavier Betrand, chef adjoint du service d'urgences. 

Des agressions verbales au quotidien 

Ce type d'agression physique est plus rare dans les hôpitaux mais les violences verbales, elles, sont quotidiennes. "Les gens qui se présentent aux urgences sont stressés et ont des difficultés à gérer ce stress. Ils comprennent parfois difficilement le trajet qu'on leur propose, il y a de l'attente. Et tout un chacun se dit 'c'est moi qui suis prioritaire'", explique Christian Hilken, infirmier en chef des urgences. 

Des situations qui amènent une certaine tension. Et le contexte lié au covid a accentué la tendance. Des violences qui débutent dès l'entrée dans l'hôpital, là où les stewards doivent faire appliquer les mesures sanitaires. "Mon collègue la semaine dernière, y en a un qui lui a dit 'si tu me laisses pas passer, ça va mal aller', et avec tout ce qu'il se passe maintenant, vous auriez peur qu'on sorte un couteau pour un masque ou autre chose", soupire Jean Marie Schmet, steward de l'hôpital. "Des fois ça se passe bien mais des fois on est obligés d'appeler les vigiles parce que sinon ça risque de dégénérer", a-t-il ajouté.

Une cellule d'aide dans les hôpitaux pour le personnel victime d'agressions 

Un ras-le-bol général pour le personnel, fatigué des derniers mois. L'hôpital les accompagne dans les démarches. "On bénéficie, indépendamment, d'un service juridique et de personnes de confiances, il y a aussi une cellule de soutien ici au CHR", détaille Frédéric Noël, Conseiller en prévention.

Des plaintes de plus en plus nombreuses 

Le personnel victime peut décider de porter plainte. La police prend alors le relais et mène son enquête. Le nombre de plaintes pour agressions dans les hôpitaux est en constante augmentation.


 




 

Vos commentaires