En ce moment
 

Jean retourne sur ses champs de maïs, "consterné, triste": "On se croirait à la mer, en pleine marée basse"

Les inondations de ces derniers jours ont ravagé nos cultures. L'eau a ruisselé sur les champs, les torrents ont emporté les graines qui avaient été semées récemment. Il faudra donc tout replanter...

Ce vendredi matin, Jean, agriculteur à Ouffet (province de Liège), est de retour sur les lieux de ce qui constitue un petit drame pour lui. La veille, comme le montre une vidéo prise d'un tracteur, des coulées de boue et des 'rivières' ravageaient des hectares de plantations récentes. Principalement du maïs.

"Je suis consterné, surpris et déçu, triste…", a-t-il expliqué à notre équipe sur place. "Toute l'année, je vais devoir traverser ces coulées de boue, à essayer de refaire quelque chose. On se croirait vraiment à la mer, en pleine marée basse".

10% de la production annuelle de Jean est touchée. Des milliers de plants de maïs, placés au début du mois de mai, il ne reste plus rien. "Le maïs n'était pas assez fortement accroché, et il est parti avec l'eau. Dans cette parcelle ci, malheureusement, on va devoir replanter une bonne partie".

Dont coût: "300€ l'hectare pour du maïs qui, à la fin, se vendra moins cher qu'un maïs qui n'a pas eu de dégât. Car planté plus tard, il donnera un peu moins". Sans oublier les dizaines d'heures de travail nécessaires, bien entendu...

A Ouffet, jeudi, plus de 57 litres sont tombés par mètre carré, en seulement 1h15 de temps.

Vos commentaires