En ce moment
 
 

Une balade secrète pour Halloween tourne au "cauchemar" à Lierneux: "On s'est retrouvés dans le noir avec mes enfants trempés et frigorifiés"

 
 

Pour fêter Halloween, 4.000 personnes se sont rendues dimanche soir à Lierneux en province de Liège pour une "balade secrète" dans les bois. Un événement qui a viré au fiasco, selon de nombreux participants. L'organisateur a été dépassé par son succès et par les conditions météo. Les participants exigent aujourd'hui d'être remboursés.

Vous êtes nombreux à dénoncer via notre bouton orange Alertez-nous l’organisation de la "balade secrète", un événement organisé dimanche soir à Lierneux, en province de Liège, pour fêter Halloween. Problème pour trouver une place de parking, environ 2 heures d’attente pour la navette et longue file à l’entrée de l’événement, un accueil très critiqué, un parcours boueux avec des animations annulées, des enfants trempés et frigorifiés, etc. De multiples manquements sont évoqués par des participants en colère.

"Une balade au flambeau a littéralement viré au cauchemar", résume l’un d’entre eux. "Nous avons vécu un calvaire », regrette Nico. "4.000 personnes arnaquées", assure Frédéric.

Des heures d'attente 

"Une vraie honte", s’exclame également Mélanie. Cette mère de famille raconte être arrivée sur place à 17h20. "Nous avons attendu une navette jusque 19h15 dans le froid, la pluie avec des enfants en bas âge et moi enceinte. Il n’y avait aucune toilette. Arrivés devant la navette après 2h d’attente, on nous annonce qu’on devra encore attendre 2h30. Vu que la balade est censée durer 1h30, nous n’avons pas mangé, le calcul est vite fait. Nous reprenons la route pour rentrer avec des loulous super déçus", regrette la jeune femme.

Dans le noir et sous la pluie 

Et ceux qui n’ont pas fait demi-tour l’ont amèrement regretté. C’est le cas d’Emilien qui énumère les soucis rencontrés : "Le parcours était le même pour les VIP et les non-VIP, 30 minutes pour se garer, 2h d’attente pour atteindre la balade sous la pluie, les flambeaux ont tenu 20 minutes puis nous étions dans le noir, nous avons vu un tiers des animateurs et les food trucks étaient très mal indiqués".

"Nous avons croisé une vingtaine de monstres, puis plus rien. Nos flambeaux se sont éteints et on nous a laissés en pleine nature sous une drache sans membre de l'organisation pour nous guider", déplore également Sylvie.

 
 Chapiteau de l'événement entouré de boue ce lundi matin 

Un car communal ramène les participants bloqués 

Alors que les participants sont trempés, ils décident de reprendre la navette pour quitter les lieux. Mais le chemin du retour est visiblement chaotique, à tel point que la police et les services de secours sont intervenus. "La police nous annonce que les navettes ne roulent plus. Nous voilà au bord de la route avec deux petits enfants trempés. Des ambulanciers nous donnent une couverture de survie. Mon compagnon décide de partir dans le noir pour 45 min de marche pour récupérer notre voiture. Finalement, les enfants et moi sommes ramenés à notre voiture par un car communal", raconte Mélanie exaspérée.

Le bourgmestre de Lierneux confirme qu’un bus communal a ramené des participants. L’organisateur avait en fait prévu des bus navettes d'une société privée pour amener les participants du parking jusqu'au début de la balade. Mais lassés d'encaisser les plaintes en raison du retard, les chauffeurs sont partis. "J'ai donc rappelé le chauffeur de la commune avec le bus communal pour assurer ces navettes et essayer de pouvoir reconduire les gens à leur voiture", explique le bourgmestre André Samray. 

Un remboursement exigé 

En tout cas, de nombreux participants déçus et en colère exigent un remboursement de leurs tickets. L'organisateur a-t-il été dépassé par le nombre de participants ? L'alerte orange météo aurait-elle dû inciter à annuler ? Contacté par téléphone, l'organisateur nous précise n'être pas opposé à ce stade à un remboursement.  

"C’était un désastre, une horreur, au moins Halloween était là mais pas dans les bonnes conditions", résume Magaly.


 

Vos commentaires