La Ville de Spa laisse un SDF devenir le "gardien des anciens thermes": "Il avait le droit de prélever tout ce qui pouvait être source de revenus"

La Ville de Spa laisse un SDF devenir le

La Ville de Spa devra s'expliquer quant à l'occupation des anciens thermes par un SDF.

La Ville de Spa devra prochainement s'expliquer quant à l'occupation des bâtiments des anciens thermes, a indiqué mardi le collège communal dans un communiqué de presse.

"Nous avons appris, il y a quelques semaines, qu'une enquête était en cours suite à une dénonciation opérée courant 2017, mettant en cause plusieurs décisions prises par les autorités communales de Spa concernant l'occupation des bâtiments des anciens thermes", indique le collège communal dans un communiqué.


Devenu le "gardien des anciens thermes"

"Un monsieur, sans domicile, occupait les lieux insalubres, depuis un peu plus d'un an et était devenu une sorte de "gardien des anciens thermes"", expliquait, en octobre dernier, une source proche du dossier. "Comme seul moyen de subsistance, il avait le droit de prélever tout ce qui pouvait être source de revenus, comme des vieux métaux, à l'exception de ce qui était réservé par le Patrimoine. Le monsieur était aussi en charge de surveiller et de nettoyer le site. Il travaillait avec des outils et des matériaux dangereux et sans aucune protection", selon cette source.


Des considérations d'ordre strictement humanitaire?

Suite à cela, la police et l'inspection du travail s'étaient rendues sur les lieux le 17 octobre avant d'attendre l'occupant des lieux et de placer des scellés. "Vu l'enquête en cours, la Ville est tenue à un devoir de réserve. Elle livrera, aux enquêteurs, les explications qui justifient ses décisions. A ce stade, la Ville entend uniquement confirmer ce que son bourgmestre et ses échevins ont déjà expliqué à plusieurs reprises lors des séances du conseil communal, à savoir que toutes les décisions de la Ville relatives à l'occupation des bâtiments des anciens thermes n'ont été guidées que par des considérations d'ordre strictement humanitaire", conclut le collège.

Vos commentaires