En ce moment
 
 

Le patron d'un café de Waremme ouvre une permanence pour aider ses clients à obtenir leur Covid Safe Ticket

 
 

Le Covid Safe Ticket sera d’application en Wallonie à partir du 1er novembre. Ce pass sanitaire devra être présenté notamment dans les restaurants, les salles de sport ou les événements. Et pour s’assurer que ses clients possèdent ce certificat et les aider à remplir les formalités, un patron de café de Waremme a décidé d'ouvrir une permanence. Il va donner un coup de main aux clients un peu perdus, mais qui veulent être sûrs d'avoir le bon document le 1er novembre.

Pour les autorités, cela semble si simple : "Cliquez ici, inscrivez-vous là-bas et un code d’accès devrait apparaître". Mais pour certaines personnes, même pleine de bonne volonté, c’est un parcours d’épreuves plus épuisant encore qu’une compétition olympique.

"Vous allez sur le site, on vous dit de remettre votre code Itsme, puis on vous renvoie un code, je ne sais pas où et vous devez le mettre. Mais je ne sais pas où, il est sur autre page que je ne trouve pas… Il est mis qu’il me reste 2 minutes pour mettre ce code mais comme je ne le trouve pas, chaque fois les 2 minutes passent et je dois recommencer tout", raconte Nadine Delhougne, une cliente du cafetier.

Le patron d’un café de Waremme a décidé de prendre les choses en main. Deux matinées par semaine, il recevra donc ses clients perdus. Ils ont leur vaccin mais ne parviennent pas à le prouver. Et ça, le 1er novembre, c’est exactement ce qu’il ne veut pas avoir comme problème devant sa porte. "Je voulais prévenir des problèmes à l’avance et dire à mes clients que s’ils ont des soucis, plutôt que de leur refuser l’accès le 1er novembre, je les vois à l’avance, on se met au calme, on voit ce qu’on peut faire", détaille Arnaud Delchambre, patron de café.

Il y a évidemment derrière cela un intérêt commercial mais ce coup de pouce servira à tout le monde. En quelques heures, il a déjà aidé une dizaine de personnes. La démonstration que la fracture numérique est encore bien présente et que l’accès à la liberté n’est pas pour tout le monde.


 




 

Vos commentaires