En ce moment
 
 

Pepinster: la démolition des maisons sinistrées a débuté dans une atmosphère de recueillement

 
 

Les démolitions ont débuté ce jeudi à Pepinster. Une pelle sur chenille s'est approchée de la première maison à être détruite vers 15H. Des habitants sont venus sur place, ainsi que quelques curieux. Les opérations ont débuté dans le calme, sans un bruit, si ce n'est celui des gravas qui tombent sur le sol. Notre équipe envoyée sur place décrit une atmosphère de "recueillement".

"Ça me touche très très fort. Je me mets à la place de ces personnes. Si on m'avait annoncé qu'on devait démolir ma maison, je ne sais pas si je me serais relevée aussi facilement", témoigne une riveraine.

Démolitions prises en charge par les assurances

Au total, une quarantaine de maisons, sinistrées par les inondations de juillet, vont être détruites. Ces démolitions vont durer plusieurs semaines. Elles sont prises en charge par les compagnies d’assurance.

Elles se font sur base des rapports de stabilité réalisés par les experts. La commune a ensuite pris une série d'arrêtés pour ces immeubles. Deux réunions avaient eu lieu début septembre. La première le 2 pour aborder les questions juridiques liées aux démolitions de maisons instables. La seconde le 8 pour les aspects techniques et organisationnels.

C'est lors de cette deuxième entrevue que la liste des bâtiments à démolir a été établie. Au total, une quarantaine d'habitations seront donc mises à terre. Ces démolitions se feront principalement dans 3 rues : rue Hubert Halet, rue du Duc et Pont Walrand. Deux rues seront moins impactées : une démolition rue du Purgatoire et une démolition rue Louis Bierin.

Il y a un endroit où 3 personnes ont disparu qui doit rester un endroit de commémoration

Certains lieux seront reconvertis en parc à souvenirs. "D'abord parce que je pense qu'il n'y a pas grand monde qui voudrait revivre dans ce type de bâtiment. Et surtout il y a un endroit où 3 personnes ont disparu qui doit rester un endroit de commémoration", explique le bourgmestre Philippe Godin.

Parmi les sinistrés de la mi-juillet, à Pepinster comme ailleurs, nombre de foyers sont toujours sans gaz. Une situation compliquée alors que les températures commencent à baisser. L’opérateur Resa affirme qu’il maintient le cap des 10.000 foyers à nouveau raccordés au gaz d’ici la mi-octobre. Et les 5000 foyers restants seront alimentés avant fin décembre.

Le Fédéral va prêter 1,2 milliard d’euros à la Wallonie pour se reconstruire à la suite des inondations.


 




 

Vos commentaires