En ce moment
 
 

L'avenir du bassin sidérurgique liégeois en marche: voici en quoi il va être reconverti

L'avenir du bassin sidérurgique liégeois en marche: voici en quoi il va être reconverti

Avec la collaboration d'Arcelor pour la dépollution, les sites du bassin sidérurgique liégeois pourraient devenir des logements ou encore des zones d'activités économiques. La foncière liégeoise, la société chargée par Arcelor Mittal et la Région wallonne de gérer la reconversion des terrains désaffectés du bassin sidérurgique, vient de lancer une étude pour trouver la meilleure formule de réhabilitation. Elle rencontrait ce jeudi les communes impliquées. Au total, 330 ha sont concernés par cette reconversion. Objectif : coordonner cette réaffectation des terrains pour trouver des offres complémentaires.

Il y a de nombreux sites industriels désaffectés en région liégeoise. Abandonnés par les grandes entreprises sidérurgiques. Mais ces lieux ne sont pas sans avenir. Une société, "La Foncière Liégeoise", a été chargée par Arcelor Mittal et la Région wallonne de gérer leur reconversion. C'est une information Bel RTL. La société rencontrait ce jeudi les communes concernées. Au total, 330 hectares sont concernés.


"La plus grande disponibilité foncière de Belgique"

Pas question d’en faire n’importe quoi, la Régie foncière a été créée pour cela. Pour essayer de compléter l’offre actuelle. Arnaud Lamy, coordinateur de cette Régie foncière: "L’étude doit compléter tout le travail réalisé par les communes depuis de nombreuses années et doit pointer les forces et faiblesses de chacun des sites qui représente la plus grande disponibilité foncière de Belgique." Arcelor, partie prenante de cette foncière, s’est engagée à dépolluer ces sites en fonction des affectations identifiées. Que ce soit du logement, une zone d’activités économiques ou de l’industrie. "Sur le haut fourneau 6 qui est du côté de Flémalle, la dépollution a débuté sur plusieurs sites non bâtis. La déconstruction va débuter sur toutes les structures hors salle", ajoute Arnaud Lamy.


Un potentiel immense

L’intérêt pour ces sites est grand. Des sociétés commencent à s’installer sur des terrains Arcelor désaffectés depuis longtemps et qui ne dépendent pas de la Régie foncière comme la cokerie de Jemeppe où se sont installés "Greg Transports". Franky, le directeur de cette société, explique: "Nous avons les chargements par voie d’eau. Nous avons un potentiel immense. Tout peut venir en train dans le hall pour être stocké, distribué aux clients." 

Leur réaffectation permettra aussi de ralentir la progression des terrains industriels ou d’intérêt économique sur les terres agricoles.

Vos commentaires