En ce moment
 
 

Maxime et Cyril créent des cuillères COMESTIBLES: "On souhaite répliquer le modèle partout dans le monde"

 
 

Sur les champs de foire, la gestion des déchets est souvent un casse-tête pour les villes, notamment à cause des barquettes et des couvertes en plastiques. Des alternatives existent : les couverts comestibles sont en plein développement. Ils sont fabriqués à base de farine. Une entreprise de Battice notamment s'est spécialisée dans cette fabrication. Elle ne le regrette pas puisque les demandes explosent.

Manger ses couverts, c'est une sensation particulière. Les cuillères comestibles à usage unique remplacent le plastique. Une véritable opportunité écologique. Lancé par deux jeunes entrepreneurs liégeois, ce produit est aujourd'hui commercialisé à quelque 10.000 unités par mois. Mais leurs ambitions dépassent nos frontières. "On a aussi des compagnies aériennes, par exemple, qui sont intéressées par nos produits pour remplacer le plastique dans les avions, explique Maxime Vanderheyden, co-fondateur d'une entreprise de couverts comestibles. Et tout un tas d'acteurs comme des traiteurs, des restaurants."

"Garder ce caractère local et circuit-court"

Les ingrédients sont simples: de la farine de blé locale, de l'eau, de l'huile, du sel et du sucre. La cuisson, c'est une astuce de fabrication. "Le secret, c'est la solidité du produit qui est amenée par la combinaison d'une certaine recette avec un certain processus de fabrication. On l'a développé pendant deux ans seuls pour permettre de produire les produits à petite échelle", confie Cyril Ernst, co-fondateur d'une entreprise de couverts comestibles.

Mais aujourd'hui, une levée de fonds de 10.000 euros permettra peut-être leur internationalisation. "Nous à terme, dans les années à venir, ce qu'on souhaite, c'est répliquer le modèle partout dans le monde pour garder ce caractère local et circuit-court", affirme Maxime Vanderheyden.

Sur une glace ou dans votre café, la technique de rigidité de cette cuillère sera aussi brevetée avec un objectif final, le zéro déchet.


 




 

Vos commentaires