En ce moment
 

Panne d'électricité en région liégeoise: "Du jamais vu en 30 ans, quelque chose d'anormal s'est produit"

Panne d'électricité en région liégeoise:

La cabine moyenne tension de Flémalle est à l'origine des coupures d'électricité survenues en région liégeoise lundi après-midi. Elle a explosé vers 13h30, et ce premier incident a entraîné des problèmes au niveau des cabines de Seraing et de Grâce-Hollogne. Quatre groupes électrogènes ont été placés lundi en début de soirée pour alimenter les ménages encore impactés. Trois d'entre eux seront retirés ce mardi, a-t-on appris auprès de l'opérateur du réseau de distribution d'électricité, RESA.

Au total, 15.000 ménages se sont retrouvés sans électricité durant approximativement deux heures lundi après-midi, principalement sur les communes de Seraing et de Flémalle. D'autres communes ont été également impactées mais dans une moindre mesure : Engis, Saint-Georges, Ans, Neupré. En cause, l'explosion d'une cabine moyenne tension à Ivoz-Ramet, sur la commune de Flémalle.

Cette explosion a mis le feu aux installations, et l'incident en a engendré un autre presque simultanément, puisque la cabine moyenne tension située au Val Saint-Lambert à Seraing a pris feu également. Plus tard dans la journée, la cabine de Grâce-Hollogne a également été impactée, mais dans une moindre mesure.


"C'est un sinistre total"

Les cabines moyennes tension (15.000 volts) de Flémalle et de Seraing sont complètement hors service. "C'est un sinistre total", souligne Marie-Pierre Deghaye, porte-parole de Nethys. "Une cabine de la Région Wallonne qui alimente les feux routier a également été touchée à cause du court-circuit. Bien que ces cabines soient hors service, le réseau à quant à lui été reconnecté et la charge électrique a été récupérée ailleurs."

Lundi en fin de journée, quatre groupes électrogènes ont été placés pour alimenter environ 300 ménages. Trois d'entre eux devraient être retirés ce mardi. "Les clients ne verront pas la différence et sont ou seront reconnectés directement au réseau. Un dernier groupe électrogène va quant à lui rester en place jusqu'à ce qu'une solution soit trouvée dans les jours qui viennent."

Les dégâts pour l'opérateur du réseau de distribution d'électricité sont importants. "Un technicien a été autorisé à entrer pour faire un constat général. Du personnel travaille actuellement à l'analyse des données sur les ordinateurs pour essayer de comprendre ce qui s'est passé. Ça ne s'est jamais vu en 30 ans, quelque chose d'anormal s'est produit", conclut Marie-Pierre Deghaye.

Vos commentaires