En ce moment
 
 

Piste cyclable clandestine à Liège: les auteurs refusent de payer leur amende

Il y a quelques mois, trois cyclistes ont dessiné une piste cyclable clandestine dans leur quartier. Arrêtés par police, les Liégeois ont refusé la transaction pénale proposée par la police car, selon eux, leur action était nécessaire.

Trois mousquetaires, défenseurs des cyclistes liégeois. Les traces de leurs actions ont été un peu effacées avec le temps. Il y a quelques mois les marques étaient beaucoup plus visibles. S'ils ont dégainé pochoirs et bombes de peinture, c'est pour remettre cette rue étroite dans l'état où elle se trouvait, avant sa réfection, en 2018.

"Tout de suite après, le bus a été indiqué en peinture sur la route. Et on s'attendait tous à ce que le vélo apparaisse par la suite, comme c'était le cas avant. Et on ne l'a pas vu apparaître", regrette l'une d'eux.

"Les marquages cyclistes sur les chaussées à Liège s'effacent et elles ne sont pas remises à jour. Donc il y a un danger permanent", ajoute son compère.

Pendant leurs travaux de peinture nocturnes, ils ont été repérés par les caméras de surveillance. Et, huit mois plus tard, ils viennent de recevoir une proposition de transaction pénale. Cent euros chacun, contre la fin des poursuites. Ils refusent de payer : "Il n'est pas question d'abandonner la cause cycliste pour une somme même modique", indique l'un des trois cyclistes. 


"D'accord pour aller repeindre les pistes cyclables"

Pour le parquet de Liège, pas question de laisser faire n'importe quoi. Ils comparaîtront donc devant un tribunal correctionnel. Pour avoir tagué bien immobilier, ils risquent jusqu'à 1.600 euros d'amende et 6 mois de prison.

"Bah 6 mois de prison, bah ce sera une expérience dans la vie"
, ironise l'un des trois cyclistes. "Si j'ai une amende, et bien moi je suis d'accord de faire des travaux d'intérêt général et d'aller repeindre les pistes cyclables qui s'effacent partout en ville", ajoute-t-elle.

Trois cyclistes engagés face à la machine judiciaire, le bras de fer a commencé.

Vos commentaires