En ce moment
 
 

Quatre lions confisqués à un cirque français à Fléron: ils devraient être envoyés en Afrique (photos)

La loi, c'est la loi. Un patron de cirque français a tenté de la contourner. Il avait reçu un premier avertissement il y a 2 mois, avec la possibilité pour lui de faire quitter la Belgique à ses lions. Il a préféré les conserver sur notre sol. Résultat: ce lundi, ils ont été confisqués et devraient être confiés à une réserve en Afrique.

Ce matin, le service d'inspection pour le bien-être animal est intervenu dans cirque français de Fléron afin d'y emporter quatre lions. Cette intervention a été faite avec un important déploiement policier. Le service a emporté la roulotte qui contenait les animaux. Le directeur du cirque a confié à notre journaliste sur place qu'il ne pensait pas que ses lions seraient confisqués. Selon nos informations ce lundi midi, les lions se trouvent en ce moment dans un refuge situé à Opblabeek dans le Limbourg. Il serait prévu de les envoyer dans une réserve pour animaux sauvages en Afrique. Mais le directeur du cirque ne désespère pas des les récupérer pour les conserver en France, où la loi ne lui interdit pas, contrairement à la Belgique, de posséder des animaux sauvage exotiques.

Le service d'inspection pour le bien-être animal s'est expliqué ce matin dans un communiqué:

Ce lundi 19 mai, le service d'inspection pour le bien-être animal du SPF Santé Publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement a procédé à la saisie de 4 lions adultes détenus par un cirque français situé à Fléron. En Belgique, les cirques ne peuvent plus détenir d'animaux sauvages depuis le 10 mars de cette année.

Le cirque avait été contrôlé il y a 2 mois par le service d'inspection bien-être animal du SPF Santé Publique et un procès-verbal avait été rédigé. En plus de l'interdiction de leur présence, les lions étaient logés dans des conditions ne respectant pas leur bien-être. Les lions ont été saisis mais laissés sur place à la seule condition que leur bien-être soit amélioré. La saisie pouvait être levée si les lions quittaient le territoire Belge. Il avait été signalé au cirque que si, à la date du 16 mai 2014, aucune solution n'avait été trouvée par eux pour placer les lions, d'autres mesures seraient prises par le service inspection.

Ce 19 mai, la date butoir a été dépassée. Vu qu'aucune solution n'a été trouvée par le responsable du cirque, le service d'inspection a décidé d'enlever les animaux. Cette opération a été menée avec l'appui de la police locale et fédérale qui se sont chargées de la sécurité de l'opération et du transport des animaux.  Ils sont actuellement hébergés dans un refuge spécialisé situé à Opglabbeek, le Natuurhulpcentrum qui est un centre de transit.

Une solution est activement recherchée pour ensuite placer  les animaux dans un parc ou un sanctuaire africain où ils pourront finir paisiblement leurs jours (un parc africains aurait donc été trouvé, ndlr). Le Natuurhulpcentrum permet le placement définitif d'animaux "sauvages" en collaborant avec un réseau de parcs.

L'interdiction des animaux sauvages dans les cirques fait suite à un récent avis du Conseil du Bien-être des animaux. Celui-ci a mis en évidence que les déplacements fréquents imposent un matériel d'hébergement démontable, ce qui ne permet pas aux cirques de détenir les animaux sauvages dans de bonnes conditions de bien-être. De plus, les cirques ne maitrisent pas toujours la taille du terrain qui est mis à leur disposition. C'est pourquoi, depuis le 10 mars 2014, les cirques peuvent seulement détenir les espèces qui sont relativement plus facile à détenir dans ces conditions  spécifiques, à savoir les animaux dits domestiques et les perroquets pour lesquels il y a des normes strictes de détention qui sont fixées.

Vos commentaires