En ce moment
 

Tihange: l’invention d’Emile, 81 ans, aurait évité les catastrophes de Tchernobyl et Fukushima

Un habitant de Tihange a remporté la médaille de bronze au Concours Lépine des inventeurs.

Emile Guilmot habite à 200 mètres de la centrale nucléaire de Tihange. A 81 ans, il vient donc de remporter la 3ème place du plus prestigieux concours d’inventeurs au monde. Ce qu’il a inventé? Un bouclier en cas d’accident nucléaire.

S’ils avaient disposé de son invention en 1986 à Tchernobyl ou récemment à Fukushima, on ne saurait même pas situer ces deux localités sur une carte! C’est d’ailleurs en 86 que l’idée germe dans son esprit. "C’est la trouille qui a fait en sorte que j’ai cherché là-dedans", avoue-t-il le sourire aux lèvres au micro de Vincent Jamoulle et Marc Evrard dans le journal de 19h de RTL-TVI. 25 ans plus tard, son idée est devenue une maquette sous une deuxième impulsion : Fukushima. "Ca permettrait de ne plus avoir des histoires comme au Japon. S’il y avait eu un machin comme ceci en dessous, et bien ça ne se serait pas passé tout simplement."

Comment ça marche?

Les barres d’uranium, en fusion sous l’effet de la chaleur, se sont agglomérées, ce qui a eu pour effet d’accélérer la réaction. Avec l’invention d’Emile, "la masse tombe dans le réceptacle et se répartit dans toutes les alvéoles qui sont dans des briques réfractaires. La radioactivité cesse alors d’elle-même puisque la masse n’est plus importante et l’ensemble refroidit tout doucement", évitant ainsi la réaction en chaine qui amène à la fusion du cœur d’un réacteur. Plusieurs ingénieurs nucléaires ont validé son invention, qui, de plus, permet de récupérer le combustible.

D'autres idées

Emile est arrivé 3ème au concours derrière des Chinois et des Russes. "Ce n’est pas de la fausse modestie mais je n’aime pas être mis en évidence", déclarait-il… réellement modeste. L’homme a encore d’autres idées révolutionnaires dans un coin de sa tête, comme un moyen pour éviter les dégagements de fumée des pneus des avions lors des atterrissages. Mais comment ça fonctionne, "ça je ne le dis pas!"


Vos commentaires