En ce moment
 
 

Trilam, 17 ans, d'origine vietnamienne, stigmatisé à cause du coronavirus en région liégeoise: il déplore certains comportements

Trilam, 17 ans, d'origine vietnamienne, stigmatisé à cause du coronavirus en région liégeoise: il déplore certains comportements

Un père et son fils d'origine vietnamienne, vivant en région liégeoise, témoignent de l'ostracisme dont ils sont victimes, suite à l'épidémie de coronavirus.

Trilam est un Sérésien d'origine vietnamienne. Élève en cinquième technique, il sera bientôt électricien. À l'école, les blagues sur les Chinois qui toussent, il s'en accommode. Mais lorsque dans un bus, une mère de famille le traite comme un pestiféré, là, ça ne passe plus.

"Sa fille a voulu s'asseoir à côté de moi et quand sa mère a vu, elle a tout de suite couru, a pris sa main et est partie en courant, disant 'ne t'approche pas de ce monsieur'", raconte Trilam. Et le jeune homme de confier s'être senti "un peu blessé par cette réaction".

En rentrant à la maison, il se rend compte que son père qui vend des produits vietnamiens sur les marchés, a vécu le même genre d'affront avec un couple de personnes âgées. "Et son mari a chuchoté, sans discrétion, 'ne mange pas ces produits chinois qui sont infectes'. Ils sont partis et mon père était énervé. Il est rentré plus tôt que prévu", raconte-t-il.

Un rapide sondage téléphonique auprès de quelques restaurants chinois à Liège montre que beaucoup d'entre eux voient le nombre de leurs clients baisser. Environ 15% en moins pour le père de Trilam. Sur les marchés, la baisse des ventes dépasse les 50%.

Vos commentaires