En ce moment
 
 

Tuerie à Liège: que faisaient les victimes juste avant la fusillade?

Le bilan de la tuerie qui a eu lieu à Liège mardi s’est alourdi mardi soir alors que l’hôpital de Liège confirmait le décès d’un bébé de 22 mois, le petit Gabriel, qui y était hospitalisé. Le nombre de victimes officielles de la fusillade est donc porté à 4.

Le bilan s'est encore alourdi mardi soir à la suite de l'attentat meurtrier qui a frappé Liège mardi midi. Un bébé âgé de 22 mois, Gabriel, qui se trouvait entre la vie et la mort, est décédé mardi soir, allongeant ainsi la liste des victimes et la portant à quatre décès. Mais qui sont ces victimes.

> REVOIR LE FIL DE NOTRE DIRECT ET TOUS VOS TEMOIGNAGES

> TOUTES LES VIDEOS DU JOURNAL

> LA PAGE FACEBOOK DE SOUTIEN AUX VICTIMES 

Gabriel, 22 mois

"Gabriel était dans les bras de sa mère lorsqu'il a été atteint d'une balle à l'arrière de la tête. L’enfant et ses parents se trouvaient à l'arrêt de bus situé juste sous le perchoir  du tireur", a expliqué Camie Thys pour Bel RTL. A l’arrivée des parents à l'hôpital, les médecins les ont directement mis au courant de la triste nouvelle: l'opération est impossible, leur enfant n'en a plus que pour quelques heures. Gabriel est décédé dans la soirée, à 22h45. Il avait trois soeurs.

Mehdi, 15 ans

Mehdi, 15 ans est décédé sur les lieux de la fusillade des suites de ses blessures. Morgane, une jeune Liégeoise qui était en première avec Mehdi, a expliqué être dans un état de choc. "Mehdi, c’est un garçon très bien, il faisait beaucoup de choses pour les autres, il était présent quand on en avait besoin pour parler", a-t-elle indiqué au micro de Daniela Prepeliuc pour Bel RTL. Mehdi, qui était étudiant au collège Saint-Louis à Liège, revenait d'un examen, il attendait le bus. Quatre balles l'ont atteint et il est mort sur le coup.

Pierre, 17 ans

Pierre, 17 ans revenait lui aussi d'un examen et attendait également le bus. Il était étudiant au collège Saint-Barthélémy. Il a été touché par trois balles mais a quand même réussi à se réfugier dans la sandwicherie "Point chaud". "Il y est resté de longues minutes, conditionné par les équipes de secours de la Croix-Rouge", a expliqué Camie Thys. Il a ensuite été transporté à l'hôpital dans un état critique et y est décédé. Pierre était originaire de Rocourt et habitant Sainte-Walburge".

Une septuagénaire

Une femme de 75 ans qui avait été donnée pour décédée mardi par le procureur se trouve en réalité "toujours en soins" dans un état très grave, a-t-elle rectifié mercredi lors d'une conférence de presse.

Une femme de ménage tuée deux heures avant la fusillade?

Le corps d'une dame âgée d'une quarantaine d'années a bien été découvert mardi dans un hangar appartenant à Nordine Amrani. Elle était femme de ménage chez la voisine du suspect. Mardi matin, au moment où elle sortait de son travail, Nordine Amrani lui aurait demandé de rentrer chez lui sous prétexte de lui fournir du travail. Il l'aurait ensuite agressée et tuée. Une autopsie était en cours mardi soir. Par ailleurs, la veille des faits, Amrani aurait versé une somme d'argent sur le compte de sa compagne avec la mention: "Je t'aime mon amour. Bonne chance! ".

123 blessés

Le nombre de blessés s'élève à 123 personnes. Certains se trouvent toujours mardi soir dans un état critique. Ainsi, un jeune homme de 20 ans, qui souffre de blessures au cerveau et qui a été opéré dans l'après-midi au CHU et dont l'état inspire toujours de vives inquiétudes. "Un jeune homme de 20 ans souffrant d'un traumatisme crânien grave", a indiqué Vincent D'Orio, le chef du service des urgences de l’hôpital universitaire.

Liège en panique

La foule est prise de panique, les badauds, nombreux sur l'heure du midi et à deux semaines de Noël, prennent la fuite. Sur la place, les échoppes du Marché de Noël sont installées, mais fermées. Suite à l'avis de tempête sur le pays, l'ouverture en avait été reportée au début de l'après-midi.

Très vite, un très large périmètre de sécurité est dressé. Les bus présents dans le centre sont rappelés en dehors de la ville. Les gens sont priés de se replier vers les magasins, dont ils ne pourront ensuite plus sortir pendant plus d'une heure. Certains commerçants baissent le rideau sur ordre de la police.

Les rumeurs les plus diverses circulent. Certaines font état de trois auteurs, dont deux sont en fuite dans la ville; de coups de feu dans les rues de Liège; et de blessés à proximité de la place Saint-Paul. La police prend ces rumeurs au sérieux et un périmètre de sécurité est installé autour de la place Cathédrale. Les commerces du piétonnier Vinâve d'Ile descendent leurs volets. Ces rumeurs suscitent des scènes de panique et des crises de larmes. Chacun cherche à donner des nouvelles ou s'enquérir de la santé d'un proche et les réseaux mobiles sont surchargés.

Dans la ville que certains qualifient comme étant "en état de siège", on observe un bal incessant d'ambulances qui proviennent de toute la région, mais aussi de Maastricht (Pays-Bas) et de Namur.

> PORTRAIT DU TUEUR 

Nordine Amrani, un tueur connu de la justice.

Très vite, la police identifie l'auteur et confirme qu'il s'agit d'un acte isolé, qui ne s'est déroulé que sur la place Saint-Lambert. Nordine Amrani, 33 ans, avait été condamné à 58 mois de prison en septembre 2008. Un an plus tôt, suite à une dénonciation anonyme, les enquêteurs avaient découvert à son domicile 2.800 plants de cannabis, une dizaine d'armes et la bagatelle de 9.500 pièces d'armes en tous genres.

Mardi, il devait se rendre à une convocation de la police. Il ne s'est jamais rendu à son rendez-vous et s'est donné la mort après avoir provoqué un carnage au cœur de Liège. 

Pour toute information, vous pouvez prendre contact avec les autorités au numéro 0800/94.000

Vos commentaires