En ce moment
 
 

Un glacier ambulant attaqué à coups de barre de fer à Amay: la musique de la camionnette a énervé l'agresseur

L'agresseur a été arrêté mais le jeune chauffeur est encore choqué.

Les faits se sont déroulés samedi soir dans le quartier Rorive d'Amay, en région liégeoise. Gauthier, un jeune chauffeur du glacier de la Gelateria John-John, effectuait tranquillement sa tournée lorsqu'il a soudainement été attaqué. "Il en faut peu pour être heureux"… la chanson du Livre de la jungle. Voilà la musique que le glacier joue pour signaler son arrivée aux clients. "Je ne pense pas que ce soit qui puisse énerver… C'est le livre de la jungle, c'est toute notre enfance", explique le gérant, Jonathan Morabito, au micro RTL INFO. La musique a pourtant provoqué la colère de l'agresseur.


Il s'est rué vers le glacier, armé d'une barre de fer

L'homme, armé d'une barre de fer, s'est rué vers le glacier. Il a frappé à plusieurs reprises sur la camionnette. "On voit les deux impacts. Ce n'est pas une fois qu'il est venu, c'est quand même deux impacts. Quand on regarde ici un peu plus près, on voit vraiment que c'est au niveau du visage, donc c'est vraiment une attaque pour la personne. Au niveau de la force du coup, j'ai un souci pour ouvrir la porte", montre le gérant.
La victime a été touchée au visage par les éclats de verre.


©Facebook Gelateria John-John
 

Beaucoup de craintes après cette agression

Le jeune glacier est en arrêt de travail, et préfère ne pas s'exprimer. "C'est une personne qui m'a téléphoné encore ce matin en me disant qu'il hésitait à venir retravailler. Parce qu'il n'imaginait pas qu'il allait subir une telle agression, et aujourd'hui, il hésite".

Au sein du personnel, c'est l'incompréhension. Certains craignent de reprendre le travail. L'auteur présumé aurait menacé le glacier à deux reprises avant l'agression. Il présenterait des signes de troubles psychiatriques.


"C'est vraiment un acte individuel"

"Il y aura probablement un avis médical ou bien un suivi à faire, puisque c'est un acte isolé, il n'y a pas de précédent, ni avec l'employé, ni avec le patron, ce n'est pas non plus une guerre des glaciers, puisque c'est vraiment un acte individuel, qui ressemble plus à une crise de folie qu'à autre chose", explique Jean-Michel Javaux, bourgmestre d'Amay.

L'homme a été retrouvé, et est toujours privé de liberté. Une plainte a été déposée par le glacier.

Le glacier a quant à lui reçu énormément de soutien sur les réseaux sociaux.

Un poste Facebook a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux pour afficher ce contenu.

Vos commentaires