En ce moment
 

"Les types avaient un couteau et disaient qu’ils allaient nous égorger": 2 étudiants pris dans une embuscade à Liège

Image d'illustration - © Pixabay

C'est une mésaventure dont deux étudiants originaires d'Arlon se rappelleront. Celle-ci est contée dans les colonnes de Sudpresse.

Deux jeunes hommes, répondant tous deux au prénom de Julien, suivent leurs études à Liège. Le 26 février dernier, ils décident de sortir et passent la soirée dans le centre-ville liégeois. Pendant la soirée, l'un d'entre eux se fait voler son GSM. C'est alors que deux hommes les accostent, prétextant savoir où se trouvent les voleurs, rapportent nos confrères de Sudpresse

Peu méfiants, les deux étudiants décident de les suivre. Ils parcourent quelques mètres accompagnés de ceux qui disent vouloir les aider. Mais une fois à l'abri des regards, ces derniers dévoilent leurs véritables intentions. Sous la menace d'un couteau, ils demandent alors aux deux Julien de les conduire chez eux. 


"Je me suis caché derrière une voiture"

"Les deux types avaient chacun un couteau. Quand on croisait quelqu’un, on ne devait rien faire. Ils nous disaient qu’ils allaient nous égorger", explique l'un d'entre eux dans les colonnes de Sudpresse. Heureusement, l'un des étudiants parvient à prendre la fuite. Il est alors poursuivi par son agresseur. "Je me suis caché derrière une voiture. Lui, il avançait et je savais qu’il allait finir par tomber sur moi. Je me suis alors caché sous un 4X4, boulevard de la Constitution", raconte-t-il. 

Le jeune homme parvient à se rendre jusque la caserne des pompiers. La police est rapidement appelée. Pendant ce temps, son ami n'a pas cette chance. Puisqu'il n'est pas parvenu à s'échapper, il est contraint de conduire le deuxième agresseur jusque chez lui. "Il m’a demandé si je vivais avec d’autres personnes. Il y avait effectivement mes trois co-koteuses à l’étage. Heureusement, elles dormaient. Il m’a dit que si elles se réveillaient, c’était fini ! Il voulait de l’argent mais je n’avais pas grand-chose. Il s’est énervé, m’a empoigné mais je n’ai pas reçu de coups", témoigne-t-il. 

Les deux agresseurs ont fini par prendre la fuite. Aucun débit sur le compte bancaire n'a pu être effectué, le jeune homme ayant eu le temps d'appeler Card stop. La police enquête et cherche désormais à identifier les malfaiteurs. 

Vos commentaires