En ce moment
 
 

Un homme privé de liberté après avoir menacé de "tirer sur tout le monde" chez AB Inbev

Un homme privé de liberté après avoir menacé de "tirer sur tout le monde" chez AB Inbev
© BELGA IMAGE
 
 

Un Liégeois né en 1987 a été privé de liberté et déféré lundi au parquet de Liège après avoir indiqué qu'il avait l'intention de "tirer sur le tout le monde" chez son ancien employeur, la brasserie AB InBev à Jupille. Ces menaces ont été proférées alors que son contrat de travail n'a pas été renouvelé, a communiqué la justice liégeoise lundi matin.

Selon le brasseur, ce travailleur n'aurait pas respecté le règlement du travail. "Nous regrettons cet incident. La personne concernée était un travailleur saisonnier de la brasserie AB InBev à Jupille depuis deux ans", a réagi la société, en fin d'après-midi. "Il y a trois semaines, son contrat temporaire n'a plus été renouvelé après le non-respect persistant du règlement de travail. L'ex-employé a ensuite exprimé son mécontentement et proféré de récentes menaces à l'encontre de ses anciens collègues et de son employeur", a-t-elle ajouté.

L'homme, condamné en 2019 pour des faits de menace verbale, avait ainsi pris contact avec un ancien collègue, lui expliquant qu'il avait l'intention de se présenter un jour à la brasserie pour régler ses comptes et "tirer sur tout le monde". Son interlocuteur avait alors prévenu la société Securitas, en charge de la sécurité sur le site, pour l'informer du danger. Le suspect avait également contacté une autre personne travaillant dans l'entreprise, lui recommandant de prendre congé car il allait se passer quelque chose de grave durant la semaine et précisant qu'il "n'avait rien à perdre".

Securitas avait ensuite contacté les services de police. Aucune arme n'avait toutefois été retrouvée sur les lieux lors de la perquisition effectuée à son domicile. Le brasseur dit avoir également déposé une plainte et affirme sa confiance dans le système judiciaire et dans la coopération avec les forces de police concernées.

Des mesures de sécurité supplémentaires ont par ailleurs été prises sur le site de Jupille.


 

Vos commentaires