En ce moment
 
 

"La passerelle DOIT bouger": les mouvements du nouveau pont à Liège inquiètent les passants, mais sont normaux

 
 

Les visiteurs qui ont emprunté le nouveau pont ce week-end n'étaient pas franchement rassurés de tanguer de la sorte. Les concepteurs de la passerelle les rassurent et s'expliquent.

La Belle Liégeoise fait décidément beaucoup parler d'elle! Lors de son inauguration la semaine dernière, c'est son nom qui avait suscité le débat. Et depuis ce week-end, après le passage de milliers de visiteurs, c'est sa stabilité qui est épinglée.

La Police et la ville de Liège ont reçu de très nombreux appels inquiets samedi. À tel point qu'un policier a été placé de chaque côté de la passerelle pour réguler le passage. Mais c'était surtout pour rassurer les passants plus que par mesure de sécurité.

Car il n'y a en réalité aucun risque: cette passerelle doit bouger. C'est ce qui lui permet d'amortir les chocs, et de contrer les rafales de vent. C'est le cas contraire qui serait inquiétant!

Le bureau Greisch, qui a conçu cette passerelle, est reconnu dans le monde entier pour avoir notamment construit le viaduc de Millau: un ouvrage d'art de plus de deux kilomètres situé dans le sud de la France. Il est aussi responsable de l'un des trois ponts suspendus sur le Bosphore.

Dans le journal La Meuse de ce matin, le bureau d'ingénieur explique encore que de nombreux tests ont été effectués sur le pont avant de l'ouvrir au public.

Ce week-end, les visiteurs liégeois et d'ailleurs étaient nombreux en raison des festivités "MétamorphoseS" qui se tenaient en Cité Ardente. Ils ont également été très nombreux à fouler la nouvelle passerelle "La Belle Liégeoise" pour se rendre au tout nouveau Musée de la Boverie, au cœur du parc éponyme.




 

Vos commentaires