En ce moment
 
 

Bernissart est favorable à la régularisation de l'élevage Happy Dogs mais impose des conditions STRICTES pour le bien-être des animaux

Bernissart est favorable à la régularisation de l'élevage Happy Dogs mais impose des conditions STRICTES pour le bien-être des animaux
(c)PIXABAY/Image d'illustration
 
 

Depuis début janvier, l'élevage Happy Dogs situé à Blaton était sur la sellette et une enquête publique était en cours concernant la régularisation du permis de cet établissement. Une pétition lancée par des défenseurs des animaux avait même récolté plusieurs milliers de signatures pour fermer cet élevage car ils considéraient que l'établissement, qui était surnommé "une usine à chiots", ne respectait pas les normes pour le bien-être des animaux.

Après examen de l'autorisation octroyée par les fonctionnaires délégué et technique, le collège de Bernissart a rendu un avis favorable, sous conditions strictes, concernant une demande de permis unique pour la régularisation d'un élevage professionnel de chiens à Blaton. Si un recours est introduit, les ministres Céline Tellier et Willy Borsus devront se positionner.

Alors que chaque instance concernée par la demande de permis unique pour la régularisation de l'élevage professionnel Happy Dogs de Blaton a eu l'occasion de rendre son avis, le collège communal de Bernissart devait, pour ce 16 avril au plus tard, envoyer et avaliser l'autorisation octroyée par le fonctionnaire délégué et par le fonctionnaire technique.

Le collège a pris le rapport de synthèse et a analysé l'ensemble des avis. Certains avis sont absents. Tous les autres sont favorables, certains "sous conditions". Ces derniers émanent du Département de la Nature et des Forêts, de la Direction de la qualité et du bien-être animal et du Département de l'Environnement et de l'Eau.

Le collège communal de Bernissart a de son côté décidé de remettre un avis favorable "sous conditions". Celles-ci lui semblent indispensables et sont principalement déterminées par sa conviction que le cadre légal actuellement d'application date d'un autre temps. "Le rapport aux animaux a évolué et cela doit être pris en considération", estime le collège.

Parmi les conditions, le nombre de chiens adultes qui pourrait être accueilli est de 30 au maximum, soit 24 animaux dans les douze loges du chenil extérieur et 6 chiens dans les deux loges du chalet. En ce qui concerne les loges de maternité, seules six des sept loges (3 m²) de maternité peuvent être utilisées et uniquement pour accueillir une femelle et ses chiots jusque l'âge de 7 semaines.

Au niveau de la procédure, ce sont les deux ministres, Céline Tellier et Willy Borsus, qui seront amenés à prendre une décision sur ce permis unique si un recours est introduit contre l'avis du collège. En cas d'absence de décision, c'est alors l'avis de première instance qui est confirmé, c'est-à-dire celui du collège communal de Bernissart. 




 

Vos commentaires