En ce moment
 
 

Ces villageois ne veulent pas d'une porcherie industrielle à Odeigne: "Le conflit est entre les amoureux de la nature et la Région wallonne"

 
 

Des habitants du village d'Odeigne se mobilisent depuis une douzaine d'années contre un projet de porcherie industrielle sur les hauteurs de l'entité. Annulé à trois reprises par le Conseil d'État, le permis est de nouveau d'actualité, après une initiative de la Région wallonne.

La demande de permis, déposée en 2010 par un agriculteur d'Odeigne, portait sur la construction d'une porcherie d'engraissement sur caillebotis pour 1.200 porcs. Accordé en mars 2011 par le ministre de l'Environnement de l'époque, le permis a rapidement fait l'objet d'un recours en annulation devant le Conseil d'État, déposé par un collectif de villageois.

La juridiction a annulé le permis à trois reprises: en 2014, 2017 et 2022. Malgré ces arrêts successifs, la Région wallonne a de nouveau confirmé le permis en s'appuyant cette fois sur un rapport de synthèse des fonctionnaires techniques et délégués, daté d'octobre 2010. Dans un recommandé adressé début avril aux autorités communales de Manhay, le service public de Wallonie a indiqué que ce rapport de synthèse valait décision définitive.  "C'est du Kafka ! Un véritable déni de justice et de démocratie", estiment les représentants du collectif de villageois.

Ceux-ci ont introduit un quatrième recours devant le Conseil d'État pour obtenir l'annulation du permis. Ils dénoncent l'absence d'étude d'incidence et pointent les conséquences environnementales qu'engendrerait l'implantation d'une porcherie industrielle "au cœur d'une région exceptionnelle pour sa biodiversité", entre les tourbières du Plateau des Tailles et le ruisseau de l'Aisne en contrebas. Les opposant redoutent également l'impact des nuisances olfactives sur l'attrait touristique du village.


 

Vos commentaires