En ce moment
 
 

Des étudiants travaillent comme chargeurs de déchets pendant l'été: "J'avais envie d'être en plein air et d'exercer une activité physique"

 
 

C’est un job d’été tout sauf reposant surtout par ces chaleurs, depuis quelques jours, une douzaine de jeunes jobistes travaillent comme chargeurs au sein des collectes de déchets PMC aux 4 coins de la province de Luxembourg.

Jusqu’ici, l’intercommunale de gestion des déchets Idelux Environnement (active sur toute la province de Luxembourg (44 communes) et 10 communes liégeoises) engageait des jobistes comme agents dans ses parcs à containers. Mais une nouvelle possibilité s’offre désormais aux jeunes : le poste de chargeur.

Pour Idelux Environnement, cette initiative permet deux choses : "La première, de renforcer les équipes en juillet et en août, parce que c'est la période durant laquelle on produit le plus de PMC. La deuxième est plus paradoxale : c'est la période de congés de nos équipes, donc les jobistes nous dépannent" explique Stéphane Fokan, chef de service logistique.

Ce travail est difficile, mais Etienne, 18 ans, est très motivé : "J'avais envie d'être en plein air et d'exercer une activité physique. J'avais pas envie de rester dans un bâtiment, sur une chaise toute la journée"

12 jeunes se relaient au départ des 3 sites de traitement de déchets, la plupart au départ du site d’Arlon (il reste encore des places sur les sites de Tenneville et Saint-Vith). Après une courte formation (sécurité sur la route et avec le matériel), ils montent et descendent du camion et collectent les poubelles PMC (emballages plastiques métalliques et cartons à boissons) des citoyens.

"C'est plutôt éprouvant"

Un travail assez costaud : "Un équipage de deux personnes ramasse entre 5 et 6 tonnes par jour" indique Stéphane Fokan. Chaque jour, pendant leurs tournées, les jeunes marchent entre 10 et 12 km derrière le camion "par tous les temps" précise-t-il. Etienne l'admet, le travail est plutôt physique : "C'est plutôt éprouvant. On dirait pas comme ça, mais à la fin de chaque journées je suis quand même fort fatigué, et une petite sieste est obligatoire à chaque fois".

Chaque étudiant travaille en binôme avec un chargeur professionnel.  Comme ces derniers, ils chargent les sacs et repèrent aussi les sacs bleus mal remplis (avec du papier, du carton et bouteilles en verre, ou comme dans les images la boite de Pringles). Le sac n’est pas ramassé et une étiquette rouge apposée.

En octobre dernier, toute cette région (c’était la dernière en Wallonie) est à son tour passée au sac PMC. Les Luxembourgeois étaient les champions de Belgique du tri et séparaient tout. Les bouteilles en plastique selon les matières et les couleurs, les cartons à boissons Tetra bricks ou encore les canettes et boites de conserve. Désormais, plus besoin de tout trier, tout est rassemblé dans un seul et même sac bleu collecté en porte à porte tous les 15 jours.

Un horaire adapté à la météo

Les conditions météo de cet été ne facilitent pas la tâche de ces jeunes qui découvrent le métier. En principe, leurs journées commencent à 6h du matin (6-14h) mais avec les fortes chaleurs, elles commencent à 5h, jusque 13h. Le mercure grimpe assez vite, surtout quand on exerce un métier physique. Ils peuvent évidemment faire quelques pauses pour se désaltérer. Les étudiants qui ont opté pour ce job d’été n’ont donc pas choisi une occupation rémunérée de tout repos.

En lançant cette nouvelle opportunité, l’intercommunale Idelux Environnement espéraient engager une trentaine de jobistes. Au final seuls 12 ont postulé pour ce travail réputé fatigant et ne bénéficiant pas toujours d’une bonne image : "Les étudiants, en général, arrivent avec un petit apriori, et finalement, quand ils ont fait un quelques jours semaines, ils se rendent compte de ce que c'est le métier. C'est en extérieur toute la journée, et ça ne démérite pas d'un autre travail"

Les jobistes se sentent utiles en rendant un vrai service à la population, et apprécient le travail en plein air, même s’il est plutôt physique. De quoi au passage sensibiliser ces jeunes à bien trier et à ne pas polluer.


 

Vos commentaires