En ce moment
 
 

Les ouvriers d'Infrabel partent à la "chasse" aux serpents le long des voies en province de Luxembourg: que deviennent-ils?

Les cheminots sont parfois confrontés à des couleuvres qui trouvent refuge dans les canalisations le long des voies de chemins de fer. C'est le cas à Leglise en province de Luxembourg. En prévision de grands travaux, Infrabel capture en ce moment ces couleuvres qui sont ensuite acheminées à Han-sur-Lesse, au sein d'un nouveau centre de sauvegarde des reptiles. Sébastien Prophète et Anne Lutgen livrent leur reportage pour le RTLINFO 13H.

Dans le sac de cet expert se trouve une couleuvre coronelle capturée il y a deux jours le long du chemin de fer. 



Au cœur de la réserve pour animaux sauvages, il l’emmène loin des visiteurs du domaine, où l’attend son tout nouveau refuge. La couleuvre y découvre une reproduction de son habitat naturel. "Là, on va être dans des conditions qui sont assez intéressantes pour elle, la seule nouveauté, c’est l’alimentation qui est un peu différente, ça c’est le petit stress que tout le monde peut avoir, c’est de savoir si elle va bien manger, c’est pour ça qu’on utilise tout un tas de moyens technologiques pour nous aider à vérifier que chaque animal va pouvoir prendre son alimentation", explique Anthony Johler, responsable-adjoint du parc animalier du domaine des Grottes de Han.

Les captures viennent de commencer sur un tronçon de 8 km entre Habay et Léglise. Les couleuvres trouvent ici chaleur et fraîcheur. Des spécialistes les attrapent dans des canalisations, sous des pierres et plaques de métal. L’objectif est d’en extraire une centaine d’ici au printemps 2018 et le début des travaux.

"C’est une espèce protégée par la loi sur la conservation de la nature, dont les populations sont en régression, donc on ne peut se permettre de porter atteinte de manière importante à une population majeure sans prendre des mesures pour assurer sa préservation", explique Sandrine Liégeois, membre du département de la nature et des forêts au SPW.

Le gestionnaire du réseau ferroviaire veut élargir les voies de ce tronçon. Contraint de protéger les reptiles, il a déboursé 40.000 euros pour financer le centre de sauvegarde. "On a collaboré à un plan de sauvegarde, on l’a déjà fait l’an dernier pour une sorte de lézard, dans la région d’Arlon, c’est quelque chose qu’on fait bien volontiers", explique Frédéric Sacré, porte-parole d’Infrabel, gestionnaire de l’infrastructure routière.

En 2019, une fois les travaux terminés, la colonie de couleuvres coronelles retrouvera son habitat d’origine.

Vos commentaires