En ce moment
 
 

Un loup avait tué plusieurs de ses moutons à Marcourt: Eddy attend toujours les indemnités promises

 
 

En Wallonie, certains éleveurs craignent les attaques, parfois répétés, de loups. Un éleveur de Marcourt a perdu 5 moutons en février 2021. Plus d'un an plus tard, il attend toujours les indemnités promises.

Il y a exactement 15 mois, Eddy nous avait emmenés sur les lieux du drame. "On a retrouvé un cadavre de mouton dans le coin et quatre dans une autre partie. Les autres étaient très apeurées. Du fait qu'elles étaient gestantes, elles ont avorté quelques jours après", se souvient l'éleveur. 

À présent, le berger attend toujours l'aide promise par la Région wallonne. Une indemnisation estimée à 1.000 euros qui traîne à arriver. "On vous dit que le dossier est en dessous du tas. On le remonte au-dessus du tas et deux jours plus tard, on reçoit un mail disant que le dossier est en ordre et ça va suivre. Mais on ne me dit que ça", regrette Eddy.

Comment expliquer un tel délai ? En partie par la complexité de la procédure lors d'une attaque de loups. La première étape est d'identifier le prédateur. 

"Il faut faire appel à des experts, à des labos génétiques. Ensuite une fois qu'un loup est bien validé, on fait appel à un expert indépendant pour donner la valeur exacte du préjudice", explique Alain Licoppe, coordinateur du plan loup. 

Reste encore la partie de vérifications et de paiements. En attendant, Eddy s'impatiente et craint le retour du prédateur. "D'une simple propulsion, il est passé au-dessus de la clôture sans forcer. La solution idéale pour protéger les troupeaux, je ne la connais pas", conclut le berger. 

Dans ses prairies, ses 300 brebis n'ont à présent plus vu le loup depuis un an et demi.


 

Vos commentaires