En ce moment
 
 

"Ce qui m'inquiète ce sont les conséquences sur la santé de nos enfants": une installation d'antenne GSM pose problème à Dinant

La future installation d'une antenne GSM qui pose problème à Dinant. Des habitants d’un quartier ont même lancé une pétition pour empêcher ce projet, parce qu'il est prévu que l'antenne soit située sur un terrain d'un collège. Cela devrait rapporter des milliers d’euros à l’établissement. Mais beaucoup s'inquiètent des conséquences pour la santé des élèves.

Les habitants du quartier de Wespin sont inquiets. Ils ont découverts il y a quelques semaines qu'une antenne GSM allait être installée à une centaine de mètres de chez eux, sur un terrain qui appartient au collège Notre-Dame de Bellevue. "Ce qui m'inquiète, ce sont les conséquences sur la santé, sur notre santé, celles de nos enfants qui sont au collège", explique Angeline qui est riveraine

Sur le toit du collège, se trouvent déjà des antennes GSM. Les habitants mesurent les émissions d'ondes à l'aide d'un appareil. La Wallonie autorise un niveau maximum de 3 volts par mètre et par antenne. "On voit le paramètre on est à 6 volts par mètre", observe Guy Lerat de l'ASBL Teslabel. La législation ne tient pas compte de la présence de plusieurs antennes. "On ne cumule pas les totaux, c'est comme si le total n'existait pas. On avait juste cette antenne là qui s'exposait à nous. Dans ce cadre là, il n'y a pas de problème la législation est respectée. Les politiques sont couverts, tout le monde est couvert", ajoute-t-il.

Des antennes qui rapportent

Le collège perçoit 10.000 euros par antenne pour la location de son site. Les opérateurs respectent les normes en vigueur. Sans argument scientifique suffisant, pas question pour la direction de l'établissement d'interdire les nouvelles antennes. "Il y a un aspect financier qui existe, les antennes nous rapportent un peu d'argent. Elles nous permettent de financer notamment des projets pédagogiques au sein du collège", justifie le directeur du collège Alain Koeune

"On espère qu'ils vont faire rebrousse-chemin et qu'ils se disent c'est vrai qu'on ne peut mettre la santé des gens... des citoyens et surtout la santé des élèves qui sont sur place pour une location de terrain pour une antenne GSM", souhaite David Poucet qui est riverain. Des associations militent pour que les normes soient plus sévères. Le conseil supérieur de la santé veut rassurer. "Si les normes sont respectées, il n'y a aucun impact sur la santé. Avec des antennes côte à côte, l'intensité est encore assez faible par rapport au risque supposé à risque", explique Jacques Vanderstraeten, membre du conseil supérieur de la santé.

L'opérateur veut installer l'antenne l'année prochaine à Dinant. Les habitants ont jusqu'à la fin du mois d'août pour formuler leurs remarques.

Vos commentaires