En ce moment
 
 

"On ouvre la porte et on vit dedans": une maison complète en une heure

Une société de Mariembourg se diversifie pour relancer son activité. Elle propose de construire une maison en un seul jour : un procédé moins coûteux que les méthodes de construction classiques qui pourrait séduire au-delà de nos frontières.

Dans l’usine de Mariembourg se construit peut-être le logement à bas prix de demain : une maison préfabriquée, en bois, rapidement habitable. 
"Il y a plusieurs modules, ils sont tous installables en une heure" , explique l’administrateur délégué Emile Brunet. Bien sûr, il faut imaginer le prototype terminé, mais son prix a déjà de quoi surprendre.
13.000 euros par module équivalent à 22 mètres carrés isolés et entièrement équipés.  "Ils sont effectivement entièrement équipés, complètement habitables dès la première seconde" , assure Emile Brunet. " Tout ce qui est aménagement électrique, sanitaire et chauffage sont aussi compris."
Les pays africains sont aussi intéressés 
Aujourd’hui, l’ambassadeur de Tanzanie à Bruxelles découvrait la maison modulaire. Vu son prix raisonnable, elle pourrait intéresser les pays africains confrontés à un manque de logement. " Nous devons d’une façon ou d’une autre être certain que tout le monde est capable d’acquérir une maison ", explique l’ambassadeur de Tanzanie Diodorus Kamala. "A 13.000 euros, c’est un bon prix, vous en avez pour votre argent."
Des modèles basse énergie 
Pour les clients européens, l’entreprise wallonne a développé une autre maison basse énergie. Trois chambres, 120 mètres carrés habitables montés en un seul jour. "L’utilisateur de la maison demande quelque chose de rapide ", remarque l’administrateur délégué de la société. " On a plus le temps à l’heure actuelle d’attendre un an et de payer un double loyer."
Après avoir traversé des difficultés financières durant la crise, la société espère rebondir grâce à ces nouveaux produits. Mais pour cela, elle devra franchir un obstacle de taille : les réticences urbanistiques de certaines communes. 

Vos commentaires