En ce moment
 
 

Andenne: cette rue scolaire est désormais INTERDITE aux voitures, "Avant, ce n'était pas sécurisant du tout"

Très fréquentée, cette rue scolaire d'Andenne est désormais INTERDITE aux voitures:
© RTL INFO
 
 

La rue Rogier, à Andenne, en plein centre-ville, est interdite aux voitures depuis ce 1er mars. L'école maternelle et primaire de Saint-Begge a lancé sa "rue scolaire". Le dispositif sera testé pendant 4 semaine, jusqu'au 26 mars.

La rue Rogier devient piétonne aux heures d'entrée et de sortie d'école : le matin de 8h à 8h30 et l'après-midi de 15h15 à 15h45, sauf le mercredi de 11h45 à 12h15. Durant ces laps de temps, seuls les piétons et cyclistes sont autorisés à circuler. "On avait constaté l'année dernière un amas de personnes à l'entrée de la rue et de l'école, confie Benoit Yernaux, directeur de l'école fondamentale Sainte-Begge. On s'était donc dit qu'il fallait faire quelque chose d'assez sécuritaire pour les parents et surtout pour nos petits bouts de maternelle et de primaire qui entrent par cette entrée."

"J'ai un petit bout qui a 3 ans et qui court beaucoup, explique Caroline, maman de deux enfants de l'école. Quand les voitures serrent très fort sur le trottoir, c'est assez compliqué. Le matin, ce n'est pas sécurisant du tout. Le fait de se réapproprier la route pour l'école, je trouve que c'est une excellente idée."

Phase de test jusqu'au 26 mars

Le quartier est très fréquenté aux heures de pointe. Les parents sont invités à se garer à proximité et à conduire leur enfant à pied. De nombreuses places de stationnement sont accessibles aux environs. Près de 400 enfants et leurs parents sont concernés par cette expérience de mobilité, mise sur pied avec le Gracq et le service Transition de la Ville d'Andenne notamment. Après la phase test qui dure jusqu'au 26 mars, une enquête sera réalisée. Si l'expérience est concluante, elle sera reconduite de manière définitive à partir de la rentrée prochaine.

Ce type d'initiatives est connu en Région bruxelloise, mais rare en Wallonie. Dans la Province, seule une école de Walcourt a déjà testé la démarche mais sans la pérenniser.




 

Vos commentaires