En ce moment
 
 

Après avoir donné cours, les profs désinfectent leur classe: "Une marque de respect envers les collègues et élèves" (vidéo)

 
CORONAVIRUS
 

Après les cours, toutes les classes doivent être soigneusement nettoyées et les bureaux désinfectés. Nos reporters se sont rendus dans une école primaire et secondaire d'Erpent près de Namur pour observer comment cela se passe concrètement.

Pour les professeurs, c’est devenu un rituel : ils doivent désinfecter leur bureau à la fin du cours. "Il nous est demandé de nettoyer nos mains au gel hydroalcoolique dès qu’on entre dans la classe, comme les élèves, c’est la même consigne, décrit Barbara Denil, professeure de géographie et coordinatrice des rhétos au collège Notre-Dame de la Paix à Erpent. Quand je quitte mon local, je dois nettoyer les éléments que j’ai utilisés pour que le collègue qui arrive ensuite ait un environnement sain. Je le fais volontiers, je trouve que c’est une marque de respect envers nos collègues et élèves".

Depuis la rentrée, les portes des locaux sont nettoyées chaque jour. Avec une attention particulière pour les poignées. "On ne sait pas exactement où ils vont poser la main donc chaque endroit est important, décrit Sandra Oger, technicienne de surface. La vitre est faite également chaque jour pour éviter le plus possible une infection".

Les locaux sont lavés une fois par semaine (comme auparavant) mais le mobilier partagé fait l’objet d’une vigilance accrue.

Les sanitaires sont quant à eux nettoyés deux fois par jour au lieu d’une habituellement. "Actuellement, la cantine scolaire est fermée et le personnel qui y est affecté est réquisitionné pour le nettoyage, donc, ça nous a permis de ne pas devoir engager de personnel supplémentaire, contrairement à ce qui a été fait en mai et juin", décrit Geneviève Halloy, gestionnaire du collège Notre-Dame de la Paix.

"A ce stade, je trouve que les autres mesures en dehors du masque ne sont pas du tout pesantes. Honnêtement. Je trouve qu'elles sont bien acceptées par les élèves et professeurs", estime Stéphan de Brabant, directeur du collège Notre-Dame de la Paix.

Une quinzaine de travailleurs est actuellement chargée de l’entretien du collège et de sa cinquantaine de classes. Un nettoyage renforcé que les équipes assurent matin et soir.

 




 

Vos commentaires