En ce moment
 
 

Coronavirus en Belgique: les 560 nouvelles hospitalisations inquiètent-elles le directeur du CHU de Mont-Godinne? (vidéo)

 

Dans le RTL INFO 13h, le directeur médical ff du CHU Mont-Godinne, le docteur Benoit Rondelet, est intervenu en direct. Il a répondu aux questions d'Alix Battard sur la situation actuelle dans son hôpital.

Alix Battard: 560 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées ces dernières 24 heures, cela vous inquiète-t-il ?

Docteur Rondelet: "Non, pas réellement. Les chiffres qui nous intéressent, c'est plutôt le taux d'occupation des lits aux soins intensifs et nous pouvons constater que nous sommes à peine à 50/55% d'occupation de ces lits. Le monde médical est probablement très fatigué, travaille beaucoup pour l'instant, mais reste très serein."

Alix Battard: Il y a actuellement près de 5.000 patients hospitalisés en Belgique, dont un peu plus de 1.000 aux soins intensifs. Quelle est la situation dans votre hôpital ?

Docteur Rondelet: "Dans mon hôpital, on est aux environs de 50% d'occupation des lits de soins intensifs, mais on a ces derniers dix jours mis nos lits au service notamment du Hainaut et d'autres provinces qui atteignaient des taux d'occupation critiques pour assurer des soins optimaux. Environ 25% de ces lits sont occupés par des patients qui ont bénéficié de transfert sanitaire."

Alix Battard: Ce matin, il devait y avoir un transfert sanitaire chez vous, en provenance d'un hôpital montois. Il n'a finalement pas eu lieu, cela veut-il dire que la situation s'améliore dans cet hôpital ?

Docteur Rondelet: "On peut dire que c'est plutôt une bonne nouvelle. Cela veut dire qu'ils n'ont pas atteint les 75% de leur capacité d'admission aux soins intensifs. Les transferts ne sont donc pas nécessaires dans ce cas de figure. On a plutôt pris ça comme des bonnes nouvelles."

Alix Battard: Quand on arrive aux soins intensifs, combien de temps faut-il en moyenne pour stabiliser un patient ?

Docteur Rondelet: "Les chiffres actuels avoisinent les 15 à 20 jours pour les cas les plus compliqués. Pour certains, on peut voyager entre 12 et 15 jours avant de pouvoir obtenir une extubation de patient."

 

Vos commentaires