En ce moment
 
 

Découverte inquiétante à Namur: des pompiers découvrent ces serpents venimeux en bord de route (vidéo)

Des pompiers en exercice sont tombés sur deux serpents abandonnés au bord d'une route, ce vendredi. Il s'agit de "Crotales atrox" d'après Sudpresse qui rapporte l'information. Ces spécimens sont une race interdite à la détention en Belgique. Ils peuvent, dit-on, tuer un enfant sur le coup.

Ils mesurent 40 et 70 centimètres. Vendredi, les pompiers de la zone NAGE ont découvert deux crotales, des serpents très venimeux, lors d'un exercice. Les reptiles se trouvaient en bord de route sous une bâche. Originaire du Texas, cette espèce est interdite en Belgique. Elle est mortelle pour l'Homme. "Ça détruit les tissus donc ça a tendance à donner des gangrènes gazeuses et des hémorragies internes. Donc oui, c'est catastrophique. Car même si l'on en meurt pas, les séquelles sont gravissimes", indique Thomas Degand, pompier professionnel et vétérinaire.

Récupérer des cobras, des pythons ou autres animaux exotiques. Une mission que les hommes du feu effectuent une dizaine de fois par an. En général, ce sont des serpents indigènes inoffensifs. "La population a tendance à avoir des nouveaux animaux de compagnie, des animaux plus exotiques maintenant. On doit y être préparés pour pouvoir intervenir le cas échéant", éclaire Dominique Bellefroid, sergent volontaire.   


Transféré dans une unité de soin

Il y a un mois, un python avait été découvert sur un toit de Liège. Fin de l'été, c'était un cobra venimeux qui s'était échappé et avait paralysé toute la ville de Herne en Allemagne. Les fuites de reptiles se multiplient et leurs propriétaires aussi. "Les propriétaires consciencieux qui s'occupent bien de leurs animaux placent une puce électronique qui permet d'identifier le propriétaire. Les services de police ont un lecteur de puce. Ça permet d'identifier le propriétaire comme on le fait pour un cheval ou un chien", éclaire le pompier. 

Les deux crotales ont été transférés dans une unité de soin près de Genk en attendant de trouver un lieu assez sécurisé pour les accueillir. Dans le cas contraire, ils seront euthanasiés. 

Vos commentaires