En ce moment
 

Des élèves tombent malades lors d'une classe verte à Vresse-sur-Semois, le bourgmestre appelle le 112 car il n'y a aucun médecin disponible

C'est un nouvel exemple du manque criant de médecins généralistes dans nos campagnes: des élèves d'une école bruxelloise néerlandophone sont actuellement en classes vertes à Vresse-sur-Semois, en province de Namur. Hier, plusieurs élèves ont été pris de fortes douleurs au ventre. Leurs professeurs ont appelé plus d'une dizaine de médecins, mais aucun n'était disponible. Le bourgmestre a dû intervenir et appeler les secours sur place.

Les classes vertes à Ohain (Vresse-sur-Semois) ont été chamboulées hier pour de jeunes Bruxellois de deuxième secondaire. Dans la matinée, une dizaine d'adolescents sont pris de nausées. Le cas d'une élève en particulier alerte les professeurs. "Il y a une fille qui était malade, donc on croyait qu'elle avait mangé quelque chose qui n'était pas tout à fait comestible, ou qu'elle avait mal digéré, mais après, il y en a eu plusieurs qui se plaignaient, qui vomissaient, qui avaient la diarrhée. C'était quand même un peu inquiétant", explique Cynthia Liekens, enseignante.


"Il y a eu même une fille qui n'arrivait plus à marcher"

"Il y a eu beaucoup de malades, beaucoup de gens qui ont eu mal au ventre, mal à la tête, ils ne se sentaient pas bien et il y a eu même une fille qui n'arrivait plus à marcher. Il y a beaucoup de gens qui sont restés en haut pour aller dormir, parce qu'ils ne se sentaient pas bien", explique une jeune fille.

Les symptômes font penser à une gastro-entérite, le centre de vacances tente de contacter une dizaine de médecins, en vain. "C'est surtout une question de responsabilités, parce que les parents ne sont pas là, il faut les joindre, bien sûr, ça il n'y avait pas de souci, mais comment expliquer à un parent qu'on ne peut pas trouver un médecin qui peut aider leur enfants? C'est quand même inquiétant", ajoute l'enseignante.


"Qui suis-je pour déclarer que c'est une gastro"

En désespoir de cause, Arnaud Allard, le bourgmestre de la commune, est joint en urgence vers 8h30. Il envisage d'abord d'affréter un car pour transporter les jeunes aux urgences, mais il décide finalement d'appeler le 112. "Je sais que ça fait beaucoup réagir, d'appeler le 112 pour une gastro, mais qui suis-je pour déclarer que c'est une gastro, il y avait quand même 120 élèves, il y avait une dizaine de malades, alors est-ce une épidémie, ou pas? Moi, j'ai décrété en tout cas qu'il fallait d'abord qu'un médecin donne son accord pour les transporter. Il s'est avéré que sur les enfants malades, seuls 4 nécessitaient vraiment la visite chez un médecin généraliste".


Réunion de crise

Sur les trois généralistes présents à Vresse, aucun n'a pu se rendre disponible. Le docteur Sven Janssens était lui en formation à Bruxelles: "Désolé, je n'étais pas là, mais oui, c'est un problème. Parce que les deux autres, soit ils ne sont pas joignables, pas tout de suite disponible, ils ont aussi leur âge. Je comprends le problème, mais c'est la réalité".

Face à la situation, le bourgmestre a décidé de réagir et d'organiser une réunion de crise cet après-midi à 17 heures.

Vos commentaires