En ce moment
 
 

Fêtes de Wallonie à Namur: quelles retombées économiques pour la Ville et le secteur Horeca?

 
 

Dans un mois, Namur sera le cœur des "Fêtes de Wallonie". Cet évènement important a un impact économique pour les cafetiers, les restaurateurs ou encore la commune qui accueillent durant ces cinq jours de fête des milliers de wallons. Sébastien Prophète et Anne Lutgen les ont rencontrés pour le RTL info 13 heures.

Ce matin, les touristes en visite dans la capitale wallonne ont découvert les Fêtes de Wallonie. Leur guide, Valérie, a en effet pour habitude de les évoquer lorsqu'elle fait découvrir la ville à des étrangers. "Ils aiment bien. Je pense qu'un jour, ils viendront participer aux Fêtes de Wallonie et goûter les péquets", lance Valérie Tryoen, guide touristique.

Pour cet événement, la ville débourse 310.000 euros, qui financent le secteur associatif, des concerts, diverses activités et différents services comme les postes médicaux. Si on tient compte également du personnel communal et de la police mobilisés pendant les fêtes, elles coutent davantage à la ville qu'elles ne rapportent.

"L'objectif de la ville avec les Fêtes de Wallonie, n'est pas de gagner de l'argent et qu'on soit bénéficiaires. C'est une fête pour les Namurois et les Wallons, et c'est aussi l'occasion de marquer notre statut de capitale de la Wallonie", explique Anne Barzin, échevine MR en charge des fêtes de la ville de Namur.

Ceux qui profitent des retombées économiques de ces cinq jours de rassemblement, ce sont les cafetiers, les restaurateurs et les hôteliers… du moins une partie d'entre eux.


"Une belle retombée"

Amélie Lefèvre, directrice de l'office du tourisme de Namur, est plutôt enthousiaste quant à l'impact économique de l'évènement. "Je pense que pour nos partenaires, que ça soit les hôteliers, que ce soit l'Horeca, ça rapporte vu que les hotels sont complets, les restaurants se remplissent, les gens sont là pour faire la fête et profiter. Donc ça a une belle retombée économique sur la ville de Namur, c'est positif", lance-t-elle.

Gauthier Salpeteur, président de l'association des commerçants de Namur, nuance tout de même ce constat : "Pour les cafetiers, je crois que c'est une bonne chose, c'est un moment intense mais pour certains restaurants, c'est plutôt une difficulté. Les restaurants font difficilement leur chiffre", estime-t-il.

Signe encourageant pour le secteur touristique: à 4 semaines des Fêtes de Wallonie, deux des principaux hôtels de la ville disent afficher un taux de réservation de 85%.


 




 

Vos commentaires