En ce moment
 
 

Gros mouvement de solidarité à Beauraing pour aider les sinistrés de la tornade: "Pour eux c'est important"

 
 

À Beauraing, en province de Namur, le plan d'urgence communal, a été levé après le passage d'une tornade ce week-end. Environ 90 bâtiments ont été endommagés et 6 maisons totalement détruites. Leurs occupants ont été relogés. Comme c'est souvent le cas dans ces situations tragiques, un formidable élan de solidarité s'est mis en place.

Armé de sa tronçonneuse, depuis ce matin, Pablo parcourt les jardins de l'une des rues les plus touchées de la localité.  Aujourd'hui et demain, cet entrepreneur en parcs jardins offre ses services aux sinistrés.

"Ce matin, c'est un arbre qui était sur un abri de jardin. Il faut essayer de sécuriser les lieux. Moi je suis natif de Beauraing, j'ai quelques clients ici dans la rue et c'est essentiellement des personnes âgées et je sais que pour eux c'est important. Et donc je me suis dis : 'pourquoi pas proposer ses services ?'", explique Pablo Maene.

"On a téléphoné et il a dit : 'demain matin, je suis là'. Chapeau à lui, surtout bénévolement", note René, un sinistré. 

À l'autre bout de la rue, ces jeunes d'une association de la commune déplacent et trient les morceaux de bois et de tôle que la tornade a amené jusqu'ici. Il s'agit d'un potager et verger partagé dont profitent les habitants de Beauraing. 

"C'est compliqué parce que c'est vraiment étalé partout et c'est en morceaux donc c'est des bouts de verre, des clous qui ressortent des morceaux de bois, donc c'est assez dangereux, mais on le fait avec plaisir", raconte Hugo, l'un des jeunes venu dégager le terrain.  

Michaël, patron d'un snack, veut lui aussi rendre service. Il propose ses caisses en carton pour transporter les biens qui ont pu être sauvés. Durant toute cette semaine, les sinistrés peuvent aussi gratuitement emporter des sandwiches. 

"Est-ce qu'ils ont encore la chance de faire à manger, est-ce qu'ils savent cuisiner ? Nous ici, on essaie de leur offrir ce petit service", déclare Michaël Manzarena.

Hier, Michaël, en congé, était déjà mobilisé. Les victimes ont pu profiter de plusieurs dizaines de sandwichs. 


 




 

Vos commentaires