En ce moment
 

Guy, 50 ans, "était l'une des premières richesses de Liège": il vit aujourd'hui dans la pauvreté

Guy, 50 ans,
Image d'illustration

Etre pauvre en 2015, qu'est-ce que cela veut dire, et qu'est-ce que cela représente concrètement comme difficultés? Une journée de sensibilisation est organisée aujourd’hui à Namur. Guy est concerné et a voulu témoigner. La vie n'a pas été tendre avec lui, mais il ne lui en veut pas.

Etre pauvre en 2015, c'est quoi exactement ? La pauvreté se cache parfois là où l'on ne l'attend pas. Le seuil de pauvreté est fixé aujourd'hui à 1.095 euros par mois. Un quart des Wallons sont concernés. Aujourd'hui, une journée de sensibilisation est organisée à Namur par le réseau wallon de lutte contre la pauvreté, avec plusieurs prises de parole.


Il perçoit 50 euros par semaine

Guy, par exemple, a 50 ans. Il habite Marche-en-Famenne. Sa société a fait faillite. Il vit aujourd'hui avec le minimum vital. "Je suis dans la pauvreté. Je sais le dire, car j’ai été l’une des premières richesses de Liège", raconte-t-il au micro de Frédéric Moray pour Bel RTL. Il y a quelques années, il était le patron de six magasins de grande marque à Liège. "J’ai fait faillite. Oui. J’ai vécu, c’est tout." Des ennuis de santé l’ont empêché de se relancer. "Je suis reconnu handicapé et je touche mon salaire mensuel qui est géré par une administratrice de biens qui me donne 50 euros par semaine."


"Je ne regrette rien"

La pauvreté, Guy l’accepte sans se créer de biens superflus. "C’est une vie qui est triste, mais il y a moyen de la comprendre cette vie. Il est possible de s’en sortir, d’avoir une personnalité, de bouger, de faire des actions", ajoute-t-il. Aujourd’hui, Guy consacre son temps à la peinture. "Ce qui m’intéresse, c’est de peindre comme un enfant, qu’on voie une âme dedans."

Quand il regarde vers le passé, pas question pour lui de parler d’échec. "J’ai eu de très grands moments, j’ai eu des moments très pauvres, mais c’est ce qui fait la vie et sa beauté. Je ne regrette rien. Et je n’ai pas raté", conclut-il.

Vos commentaires