A Houyet, un homme ouvre le feu sur son ex-femme avant de retourner l'arme contre lui: "Ça a causé de l'émoi dans tout le village"

Un homme de 35 ans a ouvert le feu sur son ex-compagne de 33 ans, dimanche soir dans une habitation de la rue du Village à Finnevaux (Houyet), avant de retourner l'arme contre lui. Tous deux sont décédés, a confirmé lundi matin le parquet de Namur.

Une séparation douloureuse survenue en décembre dernier serait à l'origine du drame. "Elle venait de s'installer. Le couple venait de se séparer il y a un mois. Monsieur vivait mal cette séparation donc il s'est rendu chez son ex-compagne. Il l'a tuée avec un fusil de chasse et s'est donné la mort", précise Charlotte Fosseur, procureure du Roi de Dinant.

Deux ambulances ont été envoyées sur place, ainsi qu'un véhicule logistique pour mettre notamment en place des cache-victimes. Grièvement blessée, la dame a finalement succombé à ses blessures. L'un des deux enfants du couple, âgé de huit ans, se trouvait dans l'habitation au moment des faits mais n'est pas blessé. "Il y aura néanmoins une enquête. Il est normal que l'on puisse vérifier le déroulement exact des faits mais à l'issue de cette enquête, personne ne sera cité et il n'y aura pas de procès puisque l'auteur des faits est décédé", souligne la procureure du Roi de Dinant.


"On entend jamais rien dire dans ce petit village"

Nos journalistes Mathieu Langer et Alain Hougardy ont rencontré José, proche voisin de la jeune femme. Dans la commune, tout le monde se connaît. José confie avoir travaillé avec le père du jeune homme. Au lendemain des faits, il peine toujours à comprendre ce qui a pu se passer.  Il raconte avoir été surpris par un de gendarmes et d'ambulances. "Vers 6 heures du soir, on a commencé à voir les premiers véhicules avec les gyrophares bleus. C'était un véhicule de la gendarmerie. Il y avait aussi les ambulances. La rue a été fermée", raconte-t-il. Beaucoup d'agitation pour ce petit village de Finnevaux, comme l'indique José: "On entend jamais rien dire dans ce petit village. Il n'y a pas grand chose (...) Ça a causé de l'émoi dans tout le village".

Vos commentaires