Le lait de vache pourrait permettre d'éradiquer une bactérie qui ravage les vergers

Le lait de vache pourrait permettre d'éradiquer une bactérie qui ravage les vergers

Une bactérie meurtrière tuent les oliviers dans le sud de l'Europe ces dernières années. Dans la commune de Gembloux, à mi-chemin entre Bruxelles et Namur, le centre de recherche Agrobiotech a découvert qu'un enzyme naturel contenu dans le lait pourrait sauver les oliviers en Europe.

Le xyllela fastidiosa, cette bactérie issue des insectes, fait ravage dans les vergers et détruit de plus en plus d’oliviers en Italie et en Corse. Cette bactérie pourrait porter un préjudice énorme aux oleiculteurs des régions concernées, mais des chercheurs pensent avoir trouvé la solution pour mettre fin à cet effet domino dans les vergers. Nos journalistes Sébastien Prophète et Gaetan Delhez sont partis à la rencontre des chercheurs d'Agrobiotech pour connaitre leur dernière recherche porteuse.

Les scientifiques du centre Agrobiotech à Gembloux ont démontré qu’un enzyme contenu dans le lait de vache permettrait d’éradiquer le xyllela. Les chercheurs réalisent une batterie de test pour déterminer sa fiabilité sur les oliviers contaminés par la bactérie.  "La bactérie est détruire, en tout cas dans les tests qu’on a réalisé donc sur une boite de pétrie, après il reste à tester l’efficacité des agents bactéricides, sur la plante donc dans les champs en Italie", explique Françoise Bafort, assistante de recherche, au micro du RTLINFO13H.

Cette bactérie est apparue en Europe en 2013 et fait des ravages actuellement, elle pourrait s’étendre dans d’autres pays du bassin méditerranéen si un antidote de protection n'est pas trouvé rapidement. "On est confiant, c’est une voie très très prometteuse et d’ici deux à trois ans, on pourra l’appliquer dans les vergers" nous a expliqué Haissam Jijakl, Directeur du laboratoire du phytopathologie Agrobiotech.

L'enzyme naturel pouvant servir de solution dans les années à venir, il porte le nom de lactopéroxydase. Le but étant de mettre cet enzyme naturel sur le marché avec un processus d'utilisation adapté pour l'oleiculteur. "le système lactopéroxydase va permettre de faire sa production de ions, ça sera sous forme liquid. Une des façons les plus appropriées c’est de faire un spray sur les écorces des arbres" nous a expliqué Jean- Paul Parraudin, président d'une société de recherche et de développement.

Vos commentaires