En ce moment
 
 

Le temps sec inquiète les cultivateurs belges: "Les conditions de récolte ne sont absolument pas bonnes"

 
 

En raison du manque d'eau ces derniers mois, les récoltes de pommes de terre, par exemple, sont en baisse. Jusqu'à 30% de patates en moins.

Dans les champs de Samuel, qui cultive les pommes de terres à Hanret (Éghezée), la récolte des pommes de terre a débuté il y a une dizaine de jours. Du moins pour les parcelles irriguées artificiellement. Les autres patates attendent toujours car, faute de pluie, il sera difficile de les arracher.

"Comme vous pouvez le voir, il fait sec. Il y a des mottes de surface donc les conditions de récolte ici ne sont absolument pas bonnes. Il n'y a pas de terre qui adhère à la pomme de terre donc on risque de faire des chocs lors de la récolte", explique Samuel.

Autre conséquence de la sécheresse, le rendement est également 20 à 30% inférieur à une année normale.
"On a eu une saison de plantation, donc avril mai, qui a été très bonne. Les terres se sont bien travaillées donc on avait des structures et des préparations de sol qui étaient parfaites. On a eu un petit peu d'eau après, au mois de mai, juin, et puis, directement, plus rien", raconte Samuel Rase.

Les plans qui se développaient ont donc cessé de grandir. Certaines parcelles se sont même complètement deséchées. "On peut voir que on n'a rien fait chimiquement. La parcelle s'est défannée toute seule et c'est comme ça depuis un mois", constate le cultivateur.

Pour les pommes de terre "grenailles" et "charlottes" destinées au marché du frais, il a même fallu augmenter l'irrigation pour sauver la saison. "Les années normales entre guillemets, on bénéficie toujours d'une pluie ou d'un orage. Cette année-ci, ça n'a pas été le cas donc on a irrigué un peu plus", indique Samuel Rase.

C'est la troisième année consécutive que les producteurs de patates sont confrontés à la sécheresse. À ces rendements en baisse s'ajoutent encore les conséquences du confinement et de mauvais prix pour les pommes de terre, qui seront transformées en frites.




 

Vos commentaires